Les compagnons de la Libération


(Source) Photo de la tombe de la Famille Coudol
Prise par Georges Kévorkian au cimetière de Saint-Martin (avril 2021)

Créé, le 16 novembre 1940, par le général de Gaulle, l’ordre prestigieux de la Libération, a récompensé, seulement ( !) 1038 personnes, auxquelles s’ajoutent 5 communes (Nantes, Grenoble, Paris, Vassieux en Vercors, île de Sein), et 18 unités combattantes (dont 3 de la Marine nationale : sous-marin Rubis, corvette Aconit, 1er régiment de fusiliers marins), pour leur courageux engagement exemplaire en vue de s’opposer aux forces ennemies nazies.

L’oubli des femmes

Alice Coudol

Six femmes, seulement, en font partie, alors que 20 à 30% de femmes étaient dans les rangs de la Résistance. Le fait que l’ordre de la Libération ait été clos rapidement peut expliquer des oublis.  Beaucoup d’historiens regrettent l’absence de beaucoup de ces femmes qui se sont sacrifiées pour une France libre ; par exemple, sur le plan local, celui de la Brestoise Alice Coudol (1923 – 1944), créatrice dès 1940 d’un réseau de résistante, abattue le 30 novembre 1944 par la gestapo, après son internement à la prison de Pforzheim (Allemagne).


(Source) Photo de la tombe de la Famille Coudol
Prise par Georges Kévorkian au cimetière de Saint-Martin (avril 2021)

Texte de Monsieur Kevorkian Georges


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use