DISPARITION DE LA MINERVE LE 27 JANVIER 1968 (52 VICTIMES)

A l’occasion de l’anniversaire (50 ans) de la disparition du sous-marin Minerve le 27 janvier 1968, au large de Toulon alors qu’il participait à un exercice avec un Breguet-Atlantic, des commémorations seront organisées, le samedi 27 janvier 2018, d’une part à Toulon au monument des sous-mariniers de la Tour Royale, et d’autre part au cénotaphe de Saint-Mathieu de Plougonvelin (à partir de 10 h). Georges Kévorkian, ancien ingénieur de la DCN.

DISPARITION DE LA MINERVE LE 27 JANVIER 1968 (52 VICTIMES

Un peu d’histoire Jupiter, premier des Dieux de l’Olympe, ayant remarqué Mêtis, une nymphe d’une beauté remarquable, l’avala pour lui prouver son amour. Quelque temps plus tard, il fut pris d’un terrible mal de tête. Il demanda à Vulcain, Dieu du feu et des métaux, de le frapper avec sa massue pour lui ouvrir le crâne. C’est ainsi que, de sa tête, sortit une femme armée et casquée : c’était Minerve. Elle symbolisera alors la Déesse de la Guerre, mais également de l’Olivier. 

La Minerve, seizième du nom de la série des sous-marins type Daphné, ralliait Toulon, son port base, le 22 décembre 1962, à l’issue de sa croisière d’endurance et de sa traversée de longue durée.

Read more… →

Histoire d’un conflit. Paroles de Caréneurs. avec occupation de la CCI Brest.

Histoire d’un conflit. Paroles de Caréneurs. Terrieux – Perhirin

En octobre 2000 : le 10 au soir, après une nouvelle journée de labeur, chacun rentre à la maison, content de retrouver sa famille. Le téléphone sonne, la nouvelle que personne n’imagine tinter dans nos oreilles comme un coup de tonnerre. Pas la peine de vous présenter au travail demain, l’entreprise n’existe plus, liquidation, cinq minutes et toute une vie de travail s’écroule. Les autorités avaient depuis déjà longtemps préparé l’affaire. Le plus gentil de la part de nos dirigeants, c’est qu’ils ont omis de nous verser nos salaires de septembre, il manque 300.000 F dans les caisses. Avec une grande sympathie de leur part nous avons quand même eu le droit de travailler jusqu’au 10 octobre au soir, les appointements étant le 11 octobre. Les entreprises de carénage, TMTB –ATS sont liquidées. TMTB, 82 salariés. L’entreprise ATS, 58 salariés. Le 11 octobre, les salariés occupent la CCI pendant plusieurs journées. Des palabres sans fin. Souvent parler pour ne rien dire de la part de nos politiques, qui nous prennent pour des analphabètes. Un caréneur pour eux ? Je n’ose pas écrire les pensées qui sont les leurs. La Mairie de Brest dans un élan de solidarité, puisse dans sa caisse noire, pour faire une avance sur les salaires, pour que les familles puissent quand même continuer à Manger. Cette avance va ensuite être récupérée auprès du syndic. Merci à la Municipalité pour cette aide. Démarrage de l’occupation de la CCI 24h sur 24. Le rond-point de la gare et le hall de la CCI reste occupé. Un huissier et venu constater cette occupation. Deux personnes des renseignements généraux viennent avec des bonbonnes d’eau sur l’épaule faire semblant de remplir les machines a eaux, le but de cette visite, c’était surtout de savoir de quelle manière, notre expulsion aller pouvoir se faire, par la force ou la douceur.

Read more… →

J’habite au Canada je recherche une partie de mes racines en France.

J’habite au Canada je recherche une partie de mes racines en France.

Je suis du Canada, j’ai habité en baraques et je recherche une partie de mes racines. J’habite le cœur de L’Acadie ça ressemble à la Bretagne (Mais ce n’est pas la Bretagne, mon Pays aussi)

Famille Fortier Francis, Claude, Yvette, Annick, et Michelle

Bonjour, quel bonheur d’avoir découvert votre site sur la vie en baraques dans la ville de Brest, cette vie qui fut la vie de milliers de familles Brestoises.

Je me présente, j’ai habité avec ma famille la baraque du Bouguen- centre la D 18.

Nous étions la famille Fortier, juste derrière notre famille c’était il me semble les Talabardon, et à coté la famille Meichel, derrière chez eux la famille Houdayer, avec un petit peu plus loin la famille Tréguer (Professeur). Mon père Robert Fortier n’a pas habité longtemps au Bouguen, car il est parti pour le Canada, et une fois installée dans la baraque. Nous avons dût arriver dans l’année 49/50 ? J’avais deux grandes sœurs Jacqueline devait avoir 12 ou 13 ans, mon autre sœur Colette sa cadette, moi je suis Michelle dans l’année 54/55 je suis tombé malade, et je suis resté une année sans aller à l’école. Je me souviens d’un lavoir, d’une marchande de laine (au sabot rouge). Nous avions une dame qui venait faire la lessive chez nous elle avait pour nom Dethé ? Avec une infirmité aux pieds, une personne très gentille donc je garde un très bon souvenir. Je recherche la famille Cottin, (Zézette, Bernadette Cottin).

Famille Fortier. En maillot noir Michelle Fortier à côté d’elle une copine Bernadette Cottin

La famille Meichel Bernadette. En clair je recherche les familles que j’ai connus au Bouguen pour éventuellement correspondre avec et pourquoi pas. La famille Lubin aussi Boucher au Bouguen. Quelques photos de cette époque. Mon adresse se trouve au siège de l’association des anciens d u Bouguen.

En manches courtes, sa mère madame Fortier avec son frère Claude. À côté avec des lunettes M et Me Meichel et la dernière fille (Bernadette) et derrière la sœur Jacqueline et à droite une Léostic ou Cosic.

Ma démarche contacter les familles de ma jeunesse.

Prendre contact avec l’association des Anciens du Bouguen.

Merci

 

Souvenirs de Kérédern – De – Traon-Quizac. Ollivier Disarbois. Perhirin Georges.

 

 

Traon-Quizac et Kérédern

BONJOURS AUX ANCIENS DES BARAQUES

Que de souvenirs à partager avec vous. Je suis arrivée en 1947 à Kérédern et je suis restée jusque 1963.

J’étais à l’école de Traon-Quizac la directrice, mademoiselle Berthe Pennec, avait un tour d’œil. C’est elle qui nous a beaucoup rendu service lorsque mon père a été tué en Indochine. Mes autres institutrices, Madame Bervas, Sévert (qui portait bien son nom) nous mettait le cahier au dos et nous fessait devant les autres élèves. Il y avait aussi madame Le Monstre, et madame Le Hir (j’étais dans sa classe en 1952 à la mort de mon père).

Je me souviens aussi de la boulangerie de Lanrédec à Kérédern. L’eau était à la pompe devant chez moi. Le bitume n’était pas encore terminé sur la route ou sur les toits, que nous en faisions du chewing-gum.

Le mercredi après-midi on allait au patronage  de Kérinou, et en fin d’année on prenait le bateau pour Quélern. Quand nous avions de l’argent, nous allions à la piscine du quartier. Piscine de Tréornou.

Read more… →

Familles du Quartier du Bouguen.Quelques Familles. (1)

Galerie

Familles du Quartier du Bouguen.Quelques Familles

Novembre 1980 la lutte des travailleurs des A.F.O. de Brest. la réparation navale Brestoise.

  PLATE- FORME  » GLOMAR SEMI ONE » LE. 1.04.1981

Carte de Soutien_ Plate-forme « GLOMAR SEMI ONE », Le 1er Avril 1981. (Port de commerce Radoub de Brest).

Read more… →

Famille Vourc’h

Réflexions d’un ancien Brestois exilé, avec la nostalgie de sa ville. Ancien Roi de la platine (Boum et super Boum). L’animation c’est son Rayon.

Tu sais que tu es Brestois si …
 Tu utilises des tonnes d’expression incompréhensibles lorsque tu quittes le Finistère.

 Qu’importe où tu ailles, on te charrie sur le climat supposé de ta ville. Pourtant, au dernier classement du Point, Brest est 16ème au TOP100 des villes les plus agréables à vivre en France.

 Le défi brestois, unique en Europe, tu ne le respectes jamais. Ou bien seulement en milieu de semaine.
 Quand tu vas à la plage tu ne dis pas « je vais à la plage » mais « je vais à QUELLE plage ??? »

 Quand on te dit que Rennes est la capitale de la Bretagne, tu souris.

 On te bassine depuis des années sur l’ouverture d’un IKEA à Rennes, sauf qu’il est déjà ouvert à Brest

 Quand tu pars faire de la voile, tu passes jamais le Goulet.

 Pour toi Clémenceau, Charles de Gaulle et Jeanne d’Arc sont aussi autre chose que des personnages historiques.

 Tu ne dis pas Saint Renan mais Ser’nan.

 Pour toi partir en vacances dans le Sud, c’est en dessous Le Faou.

 Pour toi, même les 22, 56 et 35 sont des touristes.

 Quand tu es exilé, tu penses tous les jours à revenir à Brest.

Read more… →

Un ancien du Bouguen en souvenir de sa jeunesse dans son quartier de la reconstruction. José Le Moigne.

 

Ecole de Traon – Quizac Notre Petit José.                                                                                                                                                                                   Aujourd’hui José Le Moigne

Poète, chanteur-compositeur, dessinateur et romancier, José Le Moigne est né en 1944 à Fort-de-France d’une mère martiniquaise et d’un père breton. Il passe son enfance et son adolescence à Brest qu’il quitte pour exercer sa profession d’éducateur et de directeur au sein de la Protection judiciaire de la Jeunesse au ministère de la Justice.

Texte de José LE Moigne.

Lorsque j’étais enfant, adolescent, et même un jeune adulte, je me voulais Breton, sans aucune restriction, sauf que j’avais la peau brune et refusais, avec la dernière des énergies, de revenir sur cette part de moi qui, quoi que je fasse, et quoi que je puisse écrire, me distinguait. Né à Fort-de-France, d’une mère Martiniquaise et d’un père Breton, mais arrivé à Brest à l’âge de deux ans, l’adaptation n’a pas été facile. Mon enfance fut mutique, sans doute que mes larmes, incessantes à ce que l’on m’a dit pendant les quinze jours que dura le voyage, avaient asséché mes paroles en même temps qu’elles effaçaient ma langue maternelle, le Créole. L’école me dénoua. Une fois mise au placard les remarques enfantines − plus imbéciles que racistes −, je devins, pour chacun, un véritable petit Zef ; Ti Moign pour les copains. Un seul bémol, de taille cependant, à l’heure des festoù noz, l’interdit n’était pas négociable, je m’évinçais du cercle ; non que je sois incapable d’enchaîner comme les autres gavottes et laridés, mais cela me semblait une incongruité. J’étais Le Breton noir, titre de l’une de mes chansons ; la nuance me paraissait de taille. Pourquoi écrire cela alors que par mon métier, éducateur puis directeur au Ministère de la Justice − Protection Judiciaire de la Jeunesse −, j’ai traversé la France de long en large, m’adaptant plus ou moins, le plus souvent avec facilité, j’habite maintenant, pour partie en Belgique et pour l’autre en Bretagne, à Plourarc’h où personne n’examine la couleur de ma peau ? À Plourarc’h où, bien que je ne comprenne pas davantage ma langue paternelle que je ne parle le Créole, chaque jour, comme si la chose allait de soit, on me hèle en Breton ! Au risque de faire rire, l’explication me semble simple. Il m’a fallu attendre d’avoir passé 30 ans pour retrouver la Martinique ; mais ce jour-là, à peine avais-je posé les pieds sur ma terre natale que je m’y suis fondu, avec autant d’authenticité, aussi étroitement que je me mêle à la roche celtique. Vrai Breton en Bretagne, Martiniquais en Martinique, puis je pour autant m’affirmer biculturel comme d’autres sont bilingues ? Les choses ne sont pas si simples. Il n’est pas rare qu’elles se bousculent dans ma tête. Écrire devient alors pour moi le seul moyen de refuser l’incomplétude, de fuir la déshérence, le seul qui m’ait été donné pour faire litière à l’idée même d’une seule trahison. J’ai vieilli. Bien que cette vision de moi m’ait aidé à grandir, je ne suis plus Le Breton noir. En Bretagne tout comme en Martinique, je suis Créole, tout simplement Créole. Voilà ce que je m’efforce de dire dans mes romans, dans mes poèmes et mes chansons. Je ne suis pas de nulle par, mais je puis être de partout … le temps de revenir.

Un ancien du Bouguen en souvenir de sa jeunesse dans son quartier de la reconstruction.

En souvenir de l’église en bois du Bouguen

Lorsque Pâque s’annonce, quel que soit l’endroit du monde où je me trouve, je sens, partout autour de moi, la présence chaude et rassurante de notre bon recteur : l’abbé Ménez. Ce prêtre là, contrairement à l’affreux Léostic, n’avait pas la piété janséniste et son amour de dieu restait à hauteur d’homme. Il n’est pas besoin d’en dire beaucoup plus pour exprimer tout le respect et l’amitié que son attitude, toute de bienveillance, lui valait parmi nous. Certains jours, l’abbé Ménez, se disait que le seigneur, dans son infinie miséricorde, l’avait posé au bon endroit et que, véritablement dans cette paroisse, il touchait presque à la plénitude sacerdotale. Tout aurait été pour le mieux si un chagrin, que personne n’ignorait, ne taraudait notre recteur. Il avait beau se dire que la sereine nudité de son église le ramenait aux premiers âges de la foi, il ne se consolait pas de la voir muette. C’était plus fort que lui ; Il s’accusait souvent de vanité, mais il avait gardé de ses paroisses d’avant guerre l’amour des fêtes carillonnées. Par chance, comme seuls biens terrestres, outre quelques livres qui le suivait partout, il possédait, rangés dans la cantine militaire qui lui servait tout à la fois de coffre et de prie-Dieu, deux disques que d’anciens paroissiens, connaissant son amour pour les clochers sonnants, avaient crus bon de lui offrir. Monsieur Menez, bricoleur ingénieux comme on l’était en ce temps-là, avait relié l’impressionnant pick-up du patronage à une espèce de porte-voix fixé sur le toit de l’église. Ainsi, à l’heure des offices, lançant selon les circonstances Bourdons et carillons ou le rituel des clochers bretons, se donnait l’illusion de volées magistrales. A quatorze heures très précises, le jour de vendredi saint, Monsieur Menez faisait retentir le glas. Au début, le disque craquait toujours un peu ; mais quand enfin il démarrait, l’église tremblait depuis ses fondations jusqu’à son faux clocher. La paroisse tout entière se mettait gravement en chemin. Le visage caché sous des mantilles noires, les femmes menaient la procession. Souvent il arrivait, que l’une d’elle oubliant le solennel de l’instant, se mette à parler haut. Le raclement sonore de l’accent léonard déchirait le silence et la femme, baisant la tête, faisait semblant de gourmander son enfant le plus proche. Alors, comme pour se faire pardonner, elle esquissait un sourire contrit avant de replonger dans le recueillement. Arrivée au parvis de l’église, la troupe, obéissant à la loi ancestrale, se séparait avant d’entrer dans le lieu saint. Les hommes, patauds et lourds dans leur costume du dimanche, occupaient bruyamment la gauche de l’autel. Les femmes, toujours plus recueillies, s’installaient sur les travées de droite, à moins que ce ne fût l’inverse. L’abbé Ménez accueillait son troupeau d’un large geste œcuménique. Sa voix, d’abord mal assurée, prenait très vite de l’ampleur et finissait, comme le glas quelques minutes auparavant, par remplir tout l’espace glacial. Dès la 7ème station, des femmes reniflaient. Bien avant la douzième, les plus pieuses pleuraient. Toutes les souffrances du Christ pesaient sur nos épaules et, au moment de sortir de l’église, nous avions l’impression de vivre à notre tour les souffrances du Christ. Le dimanche de Pâques nous libérait de cette ambiance de tombeau. sans doute en a-t-il eu de pluvieux, de venteux et de froids, mais dans mon souvenir ils furent tous très beaux. bien-sûr je me souviens des œufs en chocolat que lannig, aidé de man Anna avaient dissimulés autour de la maison, mais ce que j’aimais le plus, c’était l’incroyable élan communautaires qui emplissait l’église et la faisait tanguer sous le roulis des chants celtiques.

Perzhier an iffern’ vo serret Dol ar baradez digoret Gent gras doué m’vokollet

Quelle joie, même si nous y comprenions à peu près rien, d’unir nos voix timides et aux polyphonies des cantiques bretons. A chaque grande messe l’abbé Guéguen menait le chant des paroissiens. Lui non plus ne m’a jamais vraiment quitté ; Je revois, avec un puissant sentiment de plénitude et de bonheur, son beau visage d’ange de fresque, ses cheveux blonds, ses yeux si clairs qu’ils paraissaient liquides. Le bruit avait couru que le joli abbé devait sa présence chez nous à une histoire de femme. Les mauvaises langues en étaient pour leurs frais. L’abbé, au point d’être à son tour comme statufié par le quartier, n’en avait retiré que de la sympathie. Et puis, que voulez-vous, sa voix était si pure qu’elle faisait fondre sur lui toutes les indulgences. Elle s’envolait, plus cristalline que l’eau des fontaines sacrées, plus légère qu’une écharpe de brume dénouée par la mer et nous laissait dans la lumière, tout tremblants de bonheur et d’espoir.

Elle n’était pas de celles que l’on puisse être oublié.