Category Archives: Non classé

À l’été 1891, Brest face à la sécheresse

Source Le Télégramme de Brest.

L’équipe municipale a dû prendre des mesures pour lutter contre la sécheresse. (Collections du musée de Bretagne et de l’écomusée du Pays de Rennes)

Il y a exactement 130 ans, les réserves d’eau de la Cité du Ponant étaient presque à sec. En cause, une forte sécheresse qui s’est déroulée de mai à septembre 1891. La situation a posé plusieurs défis à la population brestoise et à l’équipe municipale.

Des nappes d’eau à sec

Brest ne peut alors compter que sur ses propres réserves car « il faut prendre en compte des considérations géologiques. Les bassins-versants alentour, qui recueillent l’eau de pluie, sont de petite taille », explique Franck Baraer, climatologue à Météo France. « Par conséquent, les réserves d’eau ne peuvent se reconstituer en l’absence de pluie ».

Les pluies, d’ordinaire habituelles en Bretagne, se font attendre à l’été 1891. En mai 1891, les relevés météorologiques font état de seulement 29 millimètres tombés, soit une baisse de 60 %. Le déficit pluviométrique atteint en moyenne 50 % de mai à septembre. La saison estivale succède aussi à un hiver déjà très sec. Du côté des températures, on reste dans la moyenne de la période : elles oscillent entre 20 et 22 °C.


Restrictions en vigueur

Champ-de-Bataille, des fontaines d’eau ont dû être coupées. (Collections du musée de Bretagne et de l’écomusée du Pays de Rennes)

Restrictions en vigueur

« Le manque d’eau est de toute façon un problème récurrent à Brest, qui court tout au long du XIXe siècle », mentionne Gilles Cardinal, auteur de
« Chroniques d’un Brest disparu ». D’après les comptes rendus des conseils municipaux, le niveau des sources de la ville avait baissé des deux tiers en 1891 ». À Recouvrance, chaque habitant dispose d’environ 27 litres d’eau par jour. La population intra-muros n’a, quant à elle, accès qu’à 21 litres d’eau par jour et par personne. Le chiffre tombe à 13 litres d’eau par jour pour un habitant de l’Annexion, aujourd’hui le quartier Saint-Martin. Les élus prennent des mesures pour réserver l’eau à l’alimentation publique, notamment la fermeture de certaines fontaines publiques. Au Champ-de-Bataille, l’actuelle place Wilson, seules deux bornes sur cinq fonctionnent. La ville envisage aussi le rachat des sources de Coat-ar-Gueven et Kerjean-Vras. Contrairement à d’autres épisodes de sécheresse brestois, il n’y a pas eu d’épidémie de choléra en 1891. L’hygiène de la ville laisse pourtant à désirer. « L’insalubrité était chronique, il n’y avait ni trottoirs, ni tout-à-l’égout », raconte Gilles Cardinal. « Les gens jetaient leurs pots de chambre par la fenêtre. Les sources étaient polluées par des dépôts d’immondices ». L’arrêt de l’arrosage des pavés entraîne l’accumulation de déchets et crottin de cheval. Après un mois d’août orageux, il tombera en octobre autant de pluie que pendant les cinq mois précédents.







L’hôtel Continental Brest

Le Télégramme De Brest

Lauryane Arzel


En avril 1941, un violent incendie détruit l’hôtel Continental à Brest

La façade de l’hôtel Continental est encore debout après l’incendie d’avril 1941.
La façade de l’hôtel Continental est encore debout après l’incendie d’avril 1941. (Collection des Archives de Brest)

Non loin de la place Wilson, l’hôtel Continental a fière allure en cette journée du 4 avril 1941. Le soir-même, l’édifice est détruit par un incendie. Une ombre plane encore aujourd’hui sur la chronologie des événements. Deux versions coexistent : un bombardement mené par l’aviation anglaise et un attentat conduit par un réseau local de résistants.

Un lieu de vie pour les Allemands

Situé rue Émile-Zola, « l’établissement est un des plus luxueux de l’époque », explique Gildas Priol, spécialiste de la période 1939-1945, à Brest. « Le Continental est un des premiers hôtels réquisitionnés par l’état-major allemand, dès le 19 juin 1940, pour en faire un lieu de vie et de pouvoir ».

Depuis la fin du mois de mars 1941, Brest accueille aussi le Scharnhorst et le Gneisenau, deux navires de guerre allemands. Ce sont des cibles prioritaires pour la Royal Air Force (RAF), l’aviation britannique. Les bateaux sont protégés par différents dispositifs et par la topographie du terrain. Les bombes britanniques pleuvent sur les cuirassés et sur le centre-ville brestois, à proximité immédiate. À lire sur le sujet. Gildas Priol, au nom du grand père.

La cible des bombardements britanniques

Le 4 avril 1941, la Kriegsmarine, la marine de guerre allemande, organise une grande réception au Continental. De 22 h 15 à 1 h 30, dans la nuit du 4 au 5 avril, le commissariat central de Brest notifie une alerte aérienne, causée par les bombardements de la Royal Air Force. Le 5 avril, au matin, la découverte d’un corps sous les décombres du Continental clôt le rapport du côté français.

Le bilan se monte à quatre morts et douze blessés sur le centre-ville où d’autres bâtiments ont été touchés. Le Bomber Command de la Royal Air Force recense quant à lui l’envoi de 54 ou 57 appareils au-dessus de Brest, pendant la nuit du 4 au 5 avril. « Dans la presse, peu de choses sont ressorties parce que les Allemands ne communiquaient pas sur les pertes subies. Un article évoque pourtant les bombardements et le déblaiement des gravats, mais sans en expliquer les causes », mentionne Gildas Priol.

Les circonstances de destruction du Continental restent mystérieuses.
Les circonstances de destruction du Continental restent mystérieuses. (Collection des Archives de Brest)

L’attentat, une autre piste possible

En 1949, l’ouvrage « J’avais des camarades » de Jean Broc’h est un des premiers à raconter les années de conflit. Sa parution impose dans les mémoires un autre récit : celui d’un attentat perpétré par le groupe Élie. Ce réseau local de la Résistance est dirigé par Louis Élie, un transporteur brestois de 35 ans. À son apogée, le groupe comprend 70 membres, principalement issus du quartier Saint-Martin, autour desquels gravitent plusieurs dizaines de sympathisants non actifs.

« Le groupe Élie a été arrêté avec des explosifs : il était en capacité d’entreprendre cette action mais il n’y avait pas de précédents ».

Le premier réseau de résistance brestois est alors doté d’un petit arsenal, composé de matériels anglais et allemand, récupérés ou volés. Au début de l’année 1941, le réseau se lance dans des actions de plus grande envergure, mais seules deux ont été authentifiées. En mars 1941, l’attaque de la prison de Pontaniou se conclut par un repli stratégique pour éviter toute perte humaine. Le groupe a aussi tenté de prendre d’assaut une position de la défense antiaérienne allemande. « Le groupe Élie a été arrêté avec des explosifs : il était en capacité d’entreprendre cette action mais il n’y avait pas de précédents », précise Gildas Priol. « Si c’était le cas, le Conti serait le premier et le dernier événement du genre ».

Dès 1949, Simottel, l’administrateur du Continental s’oppose à la version de Jean Broc’h. Il affirme par exemple que la chaudière, où l’explosif aurait été placé, était restée intacte et aurait été récupérée ensuite par la SNCF. Surtout, selon Gildas Priol, « la destruction de l’hôtel ne figure pas sur les charges, beaucoup plus mineures, présentes sur le compte-rendu du procès du 22 novembre 1941 ».

Du côté de la Résistance, des incohérences ajoutent au flou ambiant. Gildas Priol s’est intéressé aux témoignages de trois survivants du groupe Élie. Henri Auffret, Victor Gourmelon et Jean Pronost confirment leur participation à l’attentat, avec des divergences entre les récits. Victor Gourmelon fait notamment mention d’une alerte anti-bombardements qui aurait perturbé le déroulement de l’attaque. Une seule chose est sûre : le 4 avril 1941, l’hôtel Continental a bien été la cible des bombardements.

La rue des Onze-Martyrs, la trace toujours visible du groupe Élie

Dans les semaines qui suivent la destruction de l’hôtel Continental, entre mai et juillet 1941, les principaux responsables du groupe Élie sont arrêtés par les Allemands. Bruno Calvès, dans le livre « Brest secret et insolite. Les secrets de la Cité du Ponant », énumère les charges retenues contre les onze résistants : « Détention d’armes et de munitions, voies de fait contre les membres de l’armée allemande, participation au mouvement gaulliste et espionnage en faveur de l’ennemi ». 

Les onze résistants sont fusillés au Mont-Valérien, à Paris, le 10 décembre 1941.

La rue des Onze-Martyrs rend aujourd’hui hommage aux membres du premier réseau de résistance brestois. D’abord située rue Brizeux, elle change ensuite de localisation pour être déplacée à son emplacement actuel. Une stèle a été érigée dans le square Rhin-et-Danube, au coin des rues Branda et Farigoul. Elle récapitule les noms des onze résistants fusillés au Mont-Valérien et ceux de six autres membres du groupe Élie morts en déportation.

Pratique

Site internet  Mémoire des Résistants et FFI du pays de Brest.

Il y a 390 ans, Richelieu décide de créer l’arsenal de Brest

Source Le Télégramme de Brest. Alain Boulaire Historien

Matthaüs Merian (Bâle, 1593 – Bad Schwalbach, 1650), vue cavalière de Brest (inv. 959.11.34), vers 1640, eau-forte sur papier, 19,3 cm x 29,5 cm, musée des Beaux-Arts de Brest Métropole. (Illustration Musée des Beaux-arts de Brest Métropole)

1631-2021. Il y a 390 ans naissait l’arsenal de Brest, qui allait faire de la cité du Ponant une actrice majeure de l’Histoire maritime française et mondiale. L’occasion de remonter dans le temps avec l’historien Alain Boulaire.

En 1631, le sieur d’Infreville, commissaire général de la Marine, rend à Richelieu un rapport sur l’état de la Marine le long des côtes atlantiques. De 1629 à 1631, Louis Leroux d’Infreville a parcouru le littoral Atlantique, il a voyagé « en tous les ports et les havres de France », inspectant plus de 60 sites en « Picardie, Normandie, Bretagne, Poitou et Guienne », s’intéressant aux lieux de mouillage, aux droits, aux ressources locales, à la présence de gens de mer, aux moyens de défense, etc. Sur la base de cet audit, le cardinal de Richelieu arrête son choix sur Brouage, Le Havre et Brest.

Pour Brest, cette décision acte une avancée politique majeure. Jusqu’ici, la construction navale au port était conduite par des armateurs locaux de façon empirique. Désormais, elle devient raison d’État. En 1631, l’arsenal de Brest est lancé.

A l’emplacement actuel du bassin de Tourville se trouvait l’anse de Troulan, premier site de développement de l’arsenal sous Richelieu
A l’emplacement actuel du bassin de Tourville se trouvait l’anse de Troulan, premier site de développement de l’arsenal sous Richelieu. (Photo Le Télégramme/Jérémi Anxionnaz)

En 1958, Brest ne compte que 1000 à 1200 habitants
« Éperon barré occupé depuis la Préhistoire », Brest s’est construite depuis son « castellum », un des plus importants de l’Empire romain. La ville close dispose d’un port qui déjoue les attaques vikings venues du Nord et devient un enjeu fondamental, pendant les guerres de Cent ans (1337-1453), entre le duché de Bretagne et les royaumes de France et d’Angleterre. En effet, « ne peut être maître de Bretagne qui n’est pas maître de Brest », comme l’observe un conseiller du duc Jean V de Bretagne.

En 1518, devenue « place française en terre bretonne », Brest accueille, pendant sept jours, le roi de France François Ier, alors âgé de 24 ans. À l’époque, la ville de Brest est cantonnée dans sa forteresse (le château d’aujourd’hui). Elle compte « entre 1 000 à 1 200 habitants », dont de nombreux militaires français.

En 1593, pour récompenser la fidélité de la cité durant la guerre de la Ligue (1588-1598), Henri IV octroie à Brest le droit de bourgeoisie : la ville devient une entité juridique constituée d’un maire et de deux échevins. Brest commence à sortir de son château et à se répandre en contrebas. 1631. marque donc l’année où Richelieu affirme que « la France doit avoir une grande importance sur mer ». Pour cela, il programme à Brest des premiers travaux, fait bâtir une corderie et des magasins.

Magasin général

Corderies et ancien bagne. Collection des Archives de Brest


Dessin. situation rive gauche Penfeld Observation des différents points de la rive gauche. D Larvor. (source)*

Dans l’idée d’élever Brest d’un point de vue technologique, Richelieu fait venir des artisans hollandais, d’Utrecht notamment. Une « petite Hollande » voit le jour, constituée de charpentiers de marine (comme le maître charpentier Clas Verussen), de voiliers, de cordiers et d’étoupiers. Richelieu exige que les jeunes apprentis, bretons en particulier, soient formés aux techniques hollandaises.

En 1639-1640, la peste qui s’abat sur Brest décime le dixième des 1 700 habitants.
Entre1639 et 1640, la peste frappe un peu partout en France, de façon intermittente. Pour lutter contre l’épidémie, le conseil de ville prend les mesures habituelles : isolement des familles, dans des « cabanes » dès le premier soupçon de maladie, ce qui explique que la majeure partie des malades décède dans la ville.

Richelieu meurt deux ans plus tard, en 1642, sans être jamais venu en personne à Brest !

Sous Mazarin, Brest décline, faute de moyens, au détriment de Toulon. En 1661, Colbert fixe le fonctionnement de l’arsenal de Brest et, à partir de 1669, donne une vive impulsion aux travaux du port. L’arrivée de travailleurs et de soldats va engendrer des problématiques de logements, génératrices d’épidémies, de préoccupations en matière d’hygiène et de misère.

Il est à souligner qu’au départ, Colbert n’aime pas la structuration étroite de la Penfeld, « coincée entre deux plateaux » ; les manœuvres difficiles dans le goulet en font pour lui « un mauvais site », auquel il préfère Rochefort. C’est finalement son fils Jean-Baptiste Colbert de Seignelay qui va le décider à privilégier Brest pour des raisons géostratégiques, au moment où éclate, en 1672, la guerre contre les Anglais et Hollandais.

En à peine quarante ans, Brest est devenu un grand port militaire français.

Les bateaux construits à même la rive

Si l’on souhaite se promener dans ces années 1630, et retrouver, le long de la Penfeld, des traces du début de l’arsenal, l’anse de Troulan, à Brest, est le point de commencement.

C’est ici, le long d’une petite rivière qui débouche en Penfeld, au creux du vallon de Troulan, que va s’activer « le cœur de l’arsenal de Richelieu ». Une corderie y est construite en 1635, près de la plage. André Ceberet, commissaire général, y fait ériger un « magasin général et des magasins particuliers ». Des travaux permettent de consolider la falaise. En 1635, il y aurait eu 19 vaisseaux dans le port de Brest. Le plan de l’ingénieur Petit, « levé en 1640 », retranscrit bien l’activité de la Penfeld à cette époque.

« Forme de Brest »

Fers, bois, chanvres, lins : des matières premières sont acheminées en grande quantité, à tel point que les magasins du Roi ne peuvent tout contenir. Quelques années plus tard, dans cette même crique de Troulan, M. de Seuil fera construire une forge et un magasin servant à la fois de « tonnellerie et de dépôt de futailles », tandis que seront bâties, du côté de Recouvrance, dans la crique de Pontaniou, « une forge et une salle d’armes ».

Au départ, les bateaux sont construits à même la rive. En 1683, un premier bassin est creusé, utilisé pour « les réparations, le radoub ». Il faut imaginer des pompes mises en route pour sécher le bassin et limiter l’infiltration. Ce bassin est progressivement aménagé pour pouvoir y armer des vaisseaux. Il prendra le nom de forme de Brest, avant de devenir plus tardivement le bassin Tourville que l’on connaît. Il est considérablement remanié sous Louis XIV, tandis que d’importants bassins vont être aménagés, rive droite, dans l’anse de Pontaniou.






Le bâtiment fait la semaine de 50 heures

À Brest, les tours du quartier de Quéliverzan en construction dans les années 50. Ce sont les premiers immeubles de grande hauteur de la ville.
Source de la photo, Archives municipales de Brest.

Aujourd’hui le quartier.
Source de la photo. Perhirin.

Les années 50 dans le Finistère (d’après un article de Ouest France)

En 1954, Jean Dréo passe le concours de l’École des travaux publics de Toulouse. « Coup de pot formidable » il est reçu. Né en 1924, ce Brestois s’était engagé à la Libération dans le Marine nationale. Mais des ennuis de santé l’ont forcé à changer de voie. En sortant de l’École des travaux publics, il n’a que l’embarras du choix. « On était garanti de trouver du boulot.» En France ou à l’étranger. Jean Dréo a même une proposition pour partir en Égypte participer aux travaux préparatoires du barrage d’Assouan. II préfère retourner dans le Finistère. « II y avait énormément de besoins en raison de la reconstruction de Brest. » 


Aujourd’hui le quartier.
Source de la photo. Perhirin.


La ville est un vaste chantier. Depuis la fin de la guerre, le secteur du bâtiment prospère. Un nombre important d’entreprises  s’est créé pour satisfaire la demande. En 1955, Jean Dréo est embauché comme conducteur de travaux par l’entreprise Le Gall. Elle compte 150 salariés venus de tout le département. Elle a déjà à son actif de nombreux chantiers, dont celui du phare de l’île de Sein. Elle attaque la construction des H L M de Kérangoff à Brest. « C’était des Lopofa, des logements populaires familiaux, se souvient Jean Dréo. On en a fait les deux tiers. J’avais la direction complète de l’opération. Le chantier a duré deux ans. Il occupait 40 gars en permanence. » 

Deux tours de Quéliverzan

Aujourd’hui le quartier.
Source de la photo. Perhirin.

Le procédé choisi pour construire ces bâtiments de quatre étages innove. « Nous avons été parmi les premiers dans le Finistère à recourir aux poutres en béton précontraint pour réaliser les planchers. Le procédé a été imposé par l’architecte. Il permettait de gagner du temps sur l’étaiement et le ferraillage. D’où un net avantage en prix de revient. » Le travail ne manque pas. Ce qui n’empêche pas les entreprises de rivaliser pour emporter les marchés. Elles investissent dans le matériel pour abaisser leurs coûts de revient. Encore peu nombreuses au début de la décennie, les grues à tour se multiplient. L’époque ne connaît pas les trente – cinq heures. « L’horaire de travail hebdomadaire était en théorie de 48 heures pour les ouvriers. En réalité, ils en faisaient 52 ou 53. Et nous, les cadres, on montait à 60 heures par semaine. » Jean Dréo se souvient d’une visite de Maurice Piquemal, « le grand, ponte de la reconstruction », sur le chantier de Kérangoff. « Il n’était pas méchant, mais il piquait de sacrées engueulades ! C’était la terreur des fonctionnaires de l’Équipement. » C’est qu’il y a des délais à tenir. Les demandes de relogement sont nombreuses. En 1958, le secteur du bâtiment emploie 8 000 personnes à Brest. La reconstruction touche alors à sa fin, ce qui entraîne un ralentissement de l’activité. « La concurrence est devenue rude », note Jean Dréo. Il reste quand même de l’ouvrage ailleurs dans le département. Ainsi, dans les années 1960, Jean Dréo travaille sur le chantier du lycée de Douarnenez, puis sur celui de la ZUP de Kermoysan, à Quimper.

Une fois achevée la reconstruction de Brest a parfois été critiquée. On a parlé d’une ville en béton ». L’erreur, répond Jean Dréo. « La plupart des immeubles ont été construits en maçonnerie tout ce qu’il y a de classique. » Lui, ce qu’il préfère retenir de cette époque, c’est une ambiance. « C’était un travail super-épanouissant, très valorisant. On avait l’impression de faire quelque chose de constructif. »

Des Français comme Les autres.

Des Français comme Les autres.

Joseph Camus, peintre de Brest, qui se trouvait à Rennes quand les allemands y entrèrent; ne sachant comment manifester sa fureur il cracha sur l’un d’eux et fut condamné à 1 an de prison; c’est ainsi que commencèrent ses aventures de Parachutiste dans les Français libres. Avec Armand Rekassa, (journaliste) N’guyemba, Jean Uranga, Pêcheur de St Jean de Luz, Michel Petit, (boucher à Hirson, Antoine Cantinelli, le clairon du bataillon, Gil-Kar.

Continua son périple avec ses compagnons,  en Indochine.  Quitte Brest année 1955 avec d’autres Brestois pour travailler en région parisienne. C’était un des habitants des baraques du Bouguen. Son épouse, le rejoint avec ses deux filles, et son garçon. Laissant dans leur baraque tout leurs affaires, Photos, meubles, etc.  Une nouvelle aventure commence dans la région parisienne. 

SERVICE DANS LA RÉSISTANCE ET LES F. F. I. MR. Lagadec Julien Yves

M

Le Général De Gaulle, l’appel à la Résistance, à défendre nos valeurs et notre pays, la Libération.
J’aimerais dire qu’il y a tous celles et ceux qui défendent ou ont défendu notre pays et ses intérêts au prix de leurs vies. Pour vivre dans La Paix aujourd’hui. Merci. Respect.
Ayons une pensée pour ces Femmes ou Hommes qui sont tombées… Une véritable vocation, un engagement sans faille, une preuve d’amour pour sa patrie, des gens qui finalement ont, un cœur d’amour qui bat. Car on ne vient pas en aide, drapeau français, à tant de gens, si les sentiments ne les animent pas.

SERVICE DANS LA RÉSISTANCE ET LES F. F. I.
F. F. I.
RÉSISTANCE INDIVIDUELLE DU 12 août 1944 au décès 10 septembre 1944
Exposé de l’activité : tué en patrouille commander à Val Ar Groas
Argol en Crozon (Finistère)
RÉSISTANCE ORGANISÉE
Cie Surcouf Bon du 12 août 1944 au 10 septembre 1944.
RESPONSABLE Capitaine Le Gall Henri Pleyben-Finistère.
Second Maitre, fourrier dans la marine de l’état engagé à sa sortie des mousses à 17 ans, blessé grièvement étant embarqué sur le bison, qui a coulé recueilli par les Anglais de retour en France après guérison en service à la, D.P. à Brest, 

Qu’il quitté volontairement le 14 août 1944, va s’engager dans les F. F. I à Pleyben (Finistère) 12 Août 1944. À participé aux opérations militaires sur la presqu’île de Crozon au cours des quelles il a été tué le 10 septembre 1944, devant Tal-Ar-Groas, ou il se trouvait en patrouille.     

Forces Françaises Combattantes intérieures
ARRONDISSEMENT. FFCI. DE Brest
À Monsieur le Commandant du Bureau Militaires, Service des affaires F F C I. À Quimper
En réponse à votre lettre n° 26 14/ F F I en date du 20 Août 1947 ; j’ai l’honneur de vous adresser ci-joint, le dossier d’homologation de grade FFI De :
Monsieur LAGADEC Julien Yves, né le 26 juin 1916 à Brest, Second -Maître fourrier dont sa famille est domiciliée 110 Rue Robespierre à Brest.
Il est entré dans la Résistance le 12 août 1944 au Bataillon LE GALL Henri “Lagardère” Compagnie Surcouf ; et a participé aux opérations sur la presqu’ile de Crozon où il a été tué le 10 septembre 1944, en patrouille devant TAL- AR- GROAS EN Crozon (Finistère)
Brest le 30 septembre 1947
Le Lieutenant Colonel FAUCHER, ex chef des FFCI de l’arrondissement de Brest.
3

Les Allemands laissent partout des camions et des cadavres.
Principaux combats :
A/Nord –Finistère : le PONTHOU (Bataillon GILLOUX)
PLOUIGNEAU (Cie du Lieutenant PERRIER)
B / Centre Finistère : LANDELEAU (Cie SURCOUF)
CHATEAUNEUF – Du – FAOU (Cie RAYDUE) Et NORMANDIE
PONT – TRIFFIN (BATAILLON DE CARHAIX).
C/ Sud – Finistère : ROSPORDEN – BANNALEC (Bataillon FFI et ROSPORDEN).
QUIMPER – (Cie Cartouche et BAYEUX).
Les Allemands s’étant repliés dans la région de BREST, CROZON ET AUDIERNE ET CONCARNEAU. Les F.F.I. sont utilisés pour les contenir. Avec des effectifs très faibles et sans arme lourde, du 8 août au 20 septembre 1944, les unités se relèveront tous les 10 jours environ. Le Bataillon “NORMANDIE” reçoit au début, au début de septembre, 2 canons de 105. Cette unité s’empare du MENEZ – HOM qui défend la presqu’ile de CROZON et pousse jusqu’à TELGRUC où un bombardement américain fait de nombreuses victimes. Elle obtient une citation collective par le Colonel EON. Les Américains ayant pris la direction des opérations, les unités F.F.I. sont renvoyées sur leurs lieux de formation. Dans la région de CONCARNEAU le Cne Le CLEACH participe à la reddition de la place-forte.

Les compagnons de la Libération


(Source) Photo de la tombe de la Famille Coudol
Prise par Georges Kévorkian au cimetière de Saint-Martin (avril 2021)

Créé, le 16 novembre 1940, par le général de Gaulle, l’ordre prestigieux de la Libération, a récompensé, seulement ( !) 1038 personnes, auxquelles s’ajoutent 5 communes (Nantes, Grenoble, Paris, Vassieux en Vercors, île de Sein), et 18 unités combattantes (dont 3 de la Marine nationale : sous-marin Rubis, corvette Aconit, 1er régiment de fusiliers marins), pour leur courageux engagement exemplaire en vue de s’opposer aux forces ennemies nazies.

L’oubli des femmes

Alice Coudol

Six femmes, seulement, en font partie, alors que 20 à 30% de femmes étaient dans les rangs de la Résistance. Le fait que l’ordre de la Libération ait été clos rapidement peut expliquer des oublis.  Beaucoup d’historiens regrettent l’absence de beaucoup de ces femmes qui se sont sacrifiées pour une France libre ; par exemple, sur le plan local, celui de la Brestoise Alice Coudol (1923 – 1944), créatrice dès 1940 d’un réseau de résistante, abattue le 30 novembre 1944 par la gestapo, après son internement à la prison de Pforzheim (Allemagne).


(Source) Photo de la tombe de la Famille Coudol
Prise par Georges Kévorkian au cimetière de Saint-Martin (avril 2021)

Texte de Monsieur Kevorkian Georges


Hommage À la Famille de Monsieur Jacques Coat. Monsieur Nicolas Marie Coat

Brest

Ouverte de tout temps sur le monde, grâce à son grand port militaire et commercial, elle est riche d’une histoire tourmentée et passionnante. De son passé ne subsiste que des témoignages forts, de Brestois, et Brestoises, qui méritent d’êtres racontés. Ils ont marqués notre ville, par diverses actions, au cours de leurs présences à Brest. Voici quelques témoignages.


Mariage De Nicolas Coat Le 18 octobre 1908 il épouse Jeanne Bégaud.

Monsieur Nicolas Marie Coat

Le Grand Père, sa fiche se trouve au mémorial du Marin de La pointe St Mathieu

Nicolas, marie Coat naît le 11 décembre 1883 à Bourg Blanc (Finistère)  de Yves Coat, cantonnier et de Marie-Renée Prigent, son épouse, cultivatrice.

Il épouse Jeanne Bégaud le 18 octobre à Bohars (Finistère), dont il aura deux fils, Jean-Yves en 1910 et Ernest en 1912.

Après avoir été commis aux greffes dans le civil, il s’engage dans la marine nationale le 9 avril 1902 pour une durée initiale de cinq ans. Il embarque successivement à bord du “ Saint Louis” affecté à la flotte des torpilleurs de l’océan en 1908, puis rejoint le “Suffren” en 1911. 

Après un passage sur le “Téméraire”, il embarque à bord de l’aviso-torpilleur “Cassini” en tant que maître fourrier et disparait en mer lors de la perte de son bâtiment, torpillé par un sous marin Allemand le 28 février 1917 au large des bouches de Bonifacio (Corse)

(    Il saute sur une mine marine du sous-marin allemand UC 35. Il sombre par 41°19’474 N et 09°19’174 E, entraînant avec lui son capitaine et 106 membres d’équipage.)

Il était Maître fourrier. Son unité: Cassini, Il est porté disparu. Il a été décoré:

Médaille Militaire: Croix de Guerre 14-18 avec étoile(s)

Croix avec étoile

Son décès est inscrit à la commune de Bohars.

Document portant la mention MPLF: Mémoire des hommes

Le naufrage du Cassini donna lieu à plusieurs interprétations, selon que l’on se réfère au Journal Officiel, aux témoignages des survivants ou bien aux coupures de journaux politiques de l’époque. La « Revue politique et parlementaire » relatait les événements comme suit : « Le contre-torpilleur Cassini, affecté au service des patrouilles de la Méditerranée, a été torpillé par un sous-marin ennemi le 28 février à une heure du matin. Une soute ayant fait explosion, le bâtiment a coulé en moins de deux minutes. Le commandant, 6 officiers et 100 sous-officiers et marins ont péri ; 2 officiers et 32 sous-officiers et marins ont été sauvés.

Le Cassini à quai

Il résulte des témoignages formels des survivants que, pendant qu’ils essayaient dans la nuit de gagner à la nage les radeaux qui flottaient, ils ont entendu une voix crier : ” Approchez camarades ! ” Un instant après, ils ont aperçu la masse sombre du sous-marin ennemi qui a tiré sur eux plusieurs coups de fusil ou de mitrailleuse et un obus; celui-ci a touché un des radeaux. Je cite sans commentaires cet acte de sauvagerie.» (Revue politique et parlementaire 1917, Tome 91, p. 136).

Cassini

Contre-torpilleur : il a coulé le 28 février 1917

Circonstances :

Le Contre-torpilleur, Cassini construit au havre en 1894, transformé en mouilleur de mines en 1913 a été torpillé dans le sud de la Corse par un sous-marin allemand. Une plaque à la mémoire des marins du Cassini a été érigée près de Bonifacio : “ Le contre torpilleur Cassini torpillé vers 1H15 du matin, le 28 février 1917, coule après avoir été coupé en deux par l’explosion de la soute à munitions. Des rescapés sont achevés au canon et au fusil par les Allemands”.

Le Commandant Lacaze périt avec son navire selon la sublime mais cruelle tradition  marine “française”. On dénombre 107 morts et 34 survivants.

Coupure de presse

 Aux halles St Louis avant la guerre,  La Grand-mère maternelle est derrière son Banc (Son étal)  de commerçante en coiffe. La première à droite.

Les halle St Louis

Une autre photo, est prise devant un café tenu aussi avant et pendant la guerre (39 – 45). A  Recouvrance… ! Sa maman est présente, elle doit avoir 16/17 ans (née en 1910)  « L’Apéritif » nom du café, était situé rue Du Quartier Maître Bondon, rue détruite dans les années 70/80, pour construire des immeubles.      

L’Apéritif café à Recouvrance


FICHE DES GRANDS – PARENTS PATERNELS


GRANDS – PARENTS MATERNELS






Les Grands Parents maternels  (avec extrait d’acte de mariage).  Le 3 Février 1901. 

Les Grands – Parents Maternels sont présents, ainsi que une ou deux sœurs de sa mère (fillettes en bas,) Sa mère n’est pas encore née (1910), sa Grand –Mère est à droite du marin. Son mari se trouve  au dessus d d’elle (an niveau de l’imposte).

Egalement une photo (en demi-plan) +la même en pied. Du mariage de ses parents 19/07/1930.

La généalogie, maternelle et paternelle se trouve au dessus des photos

Mariage des Parents

Mariage des Parents

Les photos :

Mon papa tenant ma sœur ainée dans ses bras accompagné de sa mère. Photo prise à Brest lieu à situer (il y a une épicerie derrière eux sur la photo ?)


Lieu d’habitation, 13 rue Jean Jacques Rousseau à Brest dans les années 1930. Lieu à identifier?






Son Père en tenue de communiant (Petit Marin)

Son Père (voir la flèche coté gauche assis) avec ses copains d’équipage. Croisière du Maroc 2 juin 1932 à Casablanca sur le torpilleur « L’Adroit ».

Le Papa à 20 ans
Le Papa à l’âge de deux ans. Photo prise à Toulon.











Ma mère est décédée en septembre 2010…à 99 ans

Détectée en 1948 au Maroc (Mon père avait été détaché de l’arsenal de Brest à l’atelier de la marine à Casablanca en 1946 à 1960) porteuse d’une forme mortelle de tuberculose, elle fut rapatriée au sanatorium de Sallanches/Chamonix.

Elles étaient 5 femmes porteuses de cette forme sévère (et mortelle) de tuberculose.

Toutes les 5 se sont portées volontaires pour servir de « Cobaye » pour un nouveau traitement  la « Streptomycine « .puissant antibiotique

Sur les 5 il y a eu deux guérisons, dont ma mère….. !

Belle leçon de vie…. !

Photos

Mes parents en maillot de bain (J’ignore ou est prise la photo… Peut être à Morgat.. ???Avant guerre.

Départ pour le bal masqué

Ma mère jouant les « Stars »…. !

CONTRE VENTS ET MARÉES 50 ans d’histoires de la sécurité Sociale à Brest

Objet : remerciements
Par votre professionnalisme, à une époque (1946). Où tout était à faire. C’est Grâce à vous, à votre courage. Vous manquiez de l’essentiel. La Sécurité Sociale, une grande maison au service de vos concitoyens, doit aujourd’hui vous remercier. Soyez fier de votre travail. Merci à votre équipe.   

50 ans d’histoires de la Sécurité Sociale à Brest

Les auteurs :

Jacques Fustec,  titulaire de maîtrise en Histoire, contrôleur au centre de Landivisiau.

Gérard Brélivet, chargé de communication.

Jean-Pierre Robelet, directeur de la C.P.A.M du Nord-Finistère.

Ce travail n’aurait pas vu le jour sans :

L’étude universitaire de Jacques Fustec sur l’histoire de la caisse primaire de 1993.

Le concours des différents témoins de la création de l’entreprise et de sa croissance.

Qu’ils soient remerciés pour leur patience et leurs précieux souvenirs.

Vue panoramique de Brest .
(Archives municipales).

A l’heure où l’avenir semble incertain et sujet de discussions, notre passé s’avère certain, fixé.  Ce que nous avons là en commun nous rassemble.

Aussi, que chacun puisse connaître les origines et les évolutions de notre entreprise relève non seulement de la bonne information mais aussi de la propriété partagée.   

L’histoire locale, ses personnages, les particularismes et les événements de terrain rendent plus denses et plus passionnants les liens entre notre présent et notre passé.

A travers les contraintes et les difficultés, les souvenirs agréables ou sensibles, une réalité estompée par le temps, oubliée ou un passé grandi, sublimé, nous avons fait vivre pendant 50 années notre idéal de solidarité…

… contre vents et marées…

Jean- Pierre Robelet

Directeur

Retour vers le futur

Juin 1995, boulevard de l’Europe à Brest, des voitures, des encombrements. Notre conductrice va à son travail, rue de Savoie, dans le quartier de Bellevue, au siège, de la C.P.A.M du Nord-Finistère. Carte d’accès, sécurité oblige. Badge, horaires variables exigent.

Elle sait qu’elle incarne toujours la sécu, on dit l’assurance maladie aujourd’hui.

Elle sait aussi que cette année débutent les travaux de rénovation du siège.

Son chemin sera parcouru de gravats pour au moins dix huit mois.

Les gravats, parlons en ! Ses collègues plus anciennes lui ont décrit avec moult détails les travaux, les déménagements. Bref, tout ce qui a façonné l’histoire brestoise de la caisse et ceux qui l’ont vécue.

Ceux qui ont connu l’époque héroïque des baraques de l’après – guerre en 1945, l’époque des horaires stricts, du trop froid l’hiver, du trop chaud l’été.

Ceux qui ont connu les sanitaires au fond du jardin. Ceux qui ont pratiqué la “ débrouille ” comme un art de vivre. Ceux qui, en 1952, ont eu l’impression de “rentrer dans un palais ” lors de l’emménagement au Square Marc Sangnier à Brest. Ceux qui enfin en 1970, se sont installés rue de Savoie à Bellevue.

Dans quelques années notre conductrice pourra à son tour “ dire l’histoire ” celle qui débute en 1955 et quelle va vivre de l’intérieur.

Brest détruit
Les Baraques de la Sécurité Sociale du temps des baraques.

SI LES RICAINS…

A la fin de l’année 1945, celle qui avance dans la boue avec ses galoches aux pieds, parmi les décombres, supportant l’absence d’éclairage ainsi que le crachin, ne sait pas encore quelle incarne le futur de la Sécurité Sociale.

Elle est sur le chemin du travail, chemin envahi de gravats et rares sont les maisons intactes tant les bombardements ont été efficaces.

En effet, du 19 juin 1940, date de l’entrée des Allemands à Brest, au 18 septembre 1944, date de la reddition de l’occupant, Brest a été la cible des raids alliés.

Au total, il faudra 15 ans pour reconstruire la cité.

En attendant, les Américains sont là. Ils fournissent, c’est bien connu, chewing-gum, Marlboro et bas nylon mais aussi des baraques en bois préfabriquées et peintes en noir.

T’AS PAS UNE BARAQUE ?

 Ces baraques, on se les arrache tant le logement est évidemment un problème majeur. La distribution profite d’abord aux particuliers mais les administrations et les services publics réussissent à se faire entendre.

Cela ne dure pas, preuve en est la réponse de la mairie de Brest à un courrier de la caisse  de Sécurité Sociale le 23 mai 1947.

“Il n’est plus possible de prévoir la construction de baraques à usage de bureaux, tous les crédits étant réservés à l’édification de logements”.

Le 7 septembre 1947, il faut même l’intervention du directeur auprès de la mairie et de la sous-préfecture,  pour qu’un contrôleur, venu de l’Aber-Wrach avec sa famille, puisse être domicilié à Brest.

C’est pourtant, dans une de ces baraques, installées porte Fautras à l’Harteloire sur la zone des anciens “ glacis” que se rend “ le futur de la Sécurité Sociale”.

ON FAIT AVEC !

Elle se soucie de l’horaire, car au moindre retard, les sanctions peuvent tomber.

La journée sera longue, 9 heures d’amplitude : de 7h45 à 18h30 avec 1h45  pour manger le midi.

Mais, elle sait qu’elle a de la chance car, pour l’époque, le travail à la Sécu est bien rémunéré. Même si le travail ne manque pas, il profite malgré tout aux hommes qui sont embauchés pour leurs atouts physiques, nécessaires à la reconstruction de la ville.

Elle a été recrutée par la Sécurité Sociale, à la recherche de main d’œuvre. Et c’est souvent par relation ou envoi d’une candidature. Parfois même, après un examen qui comprend une dictée et du calcul.

Les conditions de travail dans les baraques sont difficiles, comme partout ailleurs. Il suffit donc de s’organiser en conséquence.

Et l’organisation, pour le moment à Brest, consiste à utiliser au mieux, la baraque en bois de la Sécurité Sociale.

 

La vie quotidienne dans les baraques. (Source C.A.P. Brest)


UNE BARAQUE ? PUIS DEUX ? ET PUIS TROIS…

La caisse s’étend et travaille avec les moyens du bord car le  provisoire va durer longtemps.

Un véritable village se crée. Il comptera jusqu’à 7 baraques en 1952. Des baraques d’une longueur de 7 mètres. Il y fait très froid l’hiver et trop chaud l’été. Les poêles à bois et à charbon, en forme de cœur, munis de tuyaux et plus tard, les radiateurs à gaz, ne suffisent pas à réchauffer l’atmosphère. C’est l’époque où Madame Blanchet-Magon, épouse du directeur, vient servir la soupe chaude en matinée.

Mais c’est aussi l’époque dangereuse où une explosion propulse le tuyau à l’extérieur de la baraque.

Une table est occupée par plusieurs personnes et les bureaux sont très proches les uns des autres. Conséquence directe : les employés sont à portée de main du chef. Pas besoin de se serrer pour résister au froid, tout semble prévu.   


La vie quotidienne dans les baraques. (Source C.A.P. Brest)

AIDE-TOI…

Les planchers en bois ne sont pas solides, ni parfaitement joints. Ils ne résistent pas aux lourds classeurs qui sont vidés chaque fois qu’il faut caler ou relever le plancher.

“Les filles s’arrachaient les omoplates à manipuler cela”, selon les témoins de l’époque.

La lumière est nécessaire toute la journée car la luminosité n’est pas suffisante.

Naturellement, les sanitaires sont à l’extérieur. Ceux de la gare ont d’ailleurs été utilisés un temps.

On ne peut s’empêcher de penser à la phrase d’un sergent S.S. rapportée par Olivier Jestin, ancien de la défense passive.

“Brest égale Cassino. Il ne restera pas aux Américains, un seul mur debout pour pisser”.

Les baraques sont seulement posées sur un terre-plein aplani par des engins.

La boue est omniprésente et lorsque survient une tempête, les tôles qui servent de toit s’envolent et laissent les archives entassées en soupente à l’air libre et à la pluie.

C’est l’époque héroïque où l’on obtient tout… de soi-même.

Chacun est vêtu d’une blouse, blanche pour les femmes, grise pour les hommes, payée sur ses propres deniers. Il en aura besoin pour la recherche des archives ou des dossiers, sur des étagères d’abord, puis dans les classeurs en bois lourds à déplacer.

Le tri se fait parfois par terre, faute de place.  

LES PIONNIERS

Dans un premier temps, on écrit avec un porte-plume trempé dans l’encrier. Le Bic sera pour plus tard. Il n’y a pas de machine à écrire et quand elles font leur apparition, elles sont déjà vieilles et usagées.

En l’absence de téléphone, un poste militaire récupéré est installé à la comptabilité. Le fil passait dans la soupente et en voulant le réparer, Monsieur L’Emeillat (fondé de pouvoir de l’agent-comptable) monte à l’étage, traverse le plancher peu fiable et reste pendu à un madrier au dessus des bureaux. C’est bien sûr le moment que choisissent le directeur et les administrateurs pour visiter les services. Les imprimés sont conçus par les chefs et réalisés par un ancien employé installé à son compte dans le quartier de Saint- Martin.

Quand à la formation, elle est assurée par le voisin de table. La culture est orale, le guide du guichetier et la nomenclature des actes professionnels feront leur apparition plus tard.

Ces conditions difficiles de travail ne manquent pas d’alerter Monsieur Floch, président du conseil d’administration, qui pense que cela peut favoriser l’absentéisme du personnel.

Aussi c’est sans regret qu’n 1952, la caisse de Sécurité Sociale déménage vers le Square Marc Sangnier.  


Le bureau d’accueil de Morlaix rue Ange de Guenisac. (C.P.A.M Brest -mars 1974).
Le Square Marc Sangnier. (C.P.A M Brest).

SI VERSALLES M’ETAIT CONTÉ

Du 17 au 26 octobre 1952, en partie à pied, chacun prend ses affaires et descend les 300 mètres qui séparent les baraques du nouveau lieu de travail, situé rue Jean Macé, en face de l’actuelle église Saint-Louis.

Ce bâtiment de trois étages, long de 100 mètres, provoque des réactions mitigées.

“Un grand bâtiment rectangulaire, gris, aux lignes sobres, mais un peu caserne”. 

C’est l’époque des sarcasmes et du “Sing Sing” brestois. Le changement apparaît total, chacun peut disposer d’une table ; armoires en fer, machines à écrire, machines à calculer apparaissent. Le confort est apprécié… à l’intérieur, car vu du dehors, les journalistes et l’opinion publique s’en tiennent à un vocabulaire plus désobligeant. Nous sommes passés des baraques à … la prison. Et que dire du “trou à rats”, nom de baptême donné plus tard au centre de Morlaix !

En Novembre 1952 dans le “télégramme”, on peut lire : “Tout de même… un bâtiment grand comme ça pour de la paperasserie et tant de logements qui restent à construire”.

Monsieur Fabre, secrétaire général, quand à lui, “a l’impression de rentrer dans un palais et d’être considéré”. Les goûts et les couleurs !

Extraits du “Chat rieur”, nouvelle série – n°-1 Mars 1953.

Extraits du “Chat rieur”, nouvelle série – n°-1 Mars 1953.

OFFRE D’EMPLOIS

On demande messieurs 35 à 40 ans, études secondaires, énergiques, dynamiques, dégagés de tout service militaire, pour ouvrir les portes de la Sécurité Sociale.

Grand avenir si costauds.

Toujours…

LE SIÈGE DE BREST

37 sièges à la mairie, et pas un en ville pour poser ses fesses, c’est un comble, remarquait mon ami Roger Le Gall, en quête d’un chalet, (1°) bécosse  la crise du logement et les besoins de l’heure.

 En ville, derrière la S.A.T.O.S., tu as le confort, c’est à cinq minutes, et je lui indiquai la route à suivre. 1° (Bécosse sanitaires). Peux pas, qu’il me dit, je suis raide. Je ne comprenais pas. Il me l’expliqua.

Tout se paye dans la vie même ce désir et pour le satisfaire il s’en coûte dix balles.  Je restai sceptique. Viens avec moi, tu jugeras par toi-même et tu paieras ma place.

J’y allai ; donnai un billet de 5.000 et pendant que la préposée allait faire la monnaie, je visitai l’établissement, Rien à dire, c’est comme un Palais des Mille et une Nuits, trop beau pour nous les prolétaires et, mélancolique, je pensai à tous les économiquement faibles qui n’avaient pas 10 francs, pour visiter une telle merveille, La deuxième merveille de Brest, après le bâtiment de la Sécurité Sociale.  

BELLEVUE, LE BIEN NOMMÉ

Le “palais” devient vite étriqué. En 1962, il est même envisagé de construire un étage supplémentaire mais les contraintes techniques y font obstacle.

L’idée d’une extension fait son chemin. Mademoiselle Mignot, cadre et militante C.F.T.C. propose la création d’un centre “Brest-Nord” à la Z.U.P. de Bellevue et en 1964, c’est Monsieur Prévosto, le président du conseil d’administration qui provoque le transfert des services généraux et de la direction dans les locaux du Télégramme, place Wilson.

Finalement les travaux commencent en janvier 1969 et se terminent en décembre 1970. L’inauguration des 12 niveaux a lieu le 3 avril 1971. Un seul reproche : “L’éloignement du centre ville”.

DES BARAQUES  À l’IMMEUBLE DE GRANDE HAUTEUR

“Qui n’avance pas, recule” dit le proverbe.

En 1995 débute le grand chantier de rénovation de l’immeuble du siège qui va durer 18 mois… si tout va bien.

En tout cas, à l’image des civilisations, l’Assurance Maladie est née comme une réaction à des contraintes extérieures, comme une réponse à un défi de tous les jours.   

Bellevue Siège Sécurité Sociale

1930

Loi sur les Assurances Sociales

LES ANCÊTRES :

Les Quatre Caisses existantes avant la guerre étaient d’inspirations différentes.   

.  Catholique pour la Caisse de l’Union Finistérienne (22 000 adhérents).

. Patronale pour la Caisse Primaire interprofessionnelle du Finistère (12 000 adhérents).

. Syndicat (CGT) pour la caisse Primaire “Le Travail” (8 000 adhérents).

. La Caisse Départementale recueillait enfin le reste des adhérents (164 000) puisque la liberté de choix était prévue par la loi de 1930.

    1941

Rapport du Conseil National de la Résistance et Rapport Laroque.

1945

4 et 19 octobre 1945 : Ordonnance créant le régime général de Sécurité Sociale

5 avril 1946 : Installation du Conseil d’Administration de la caisse de Sécurité Sociale du Nord-Finistère.

Le 5 avril 1946 à 14h30, Monsieur Chatillon, Directeur Régional des Assurances Sociales installe le Conseil d’Administration de la Caisse de Sécurité Sociale du Finistère Nord. Un Président est nommé : il s’agit de Monsieur Wasselet (CGT).  Le Directeur, Monsieur Blanchet-Magon sera désigné  le 17 Juin.

En application de l’ordonnance du 4 octobre 1945, La Caisse est née. Elle se dote de statuts que la tutelle approuve par arrêté ministériel du 6 juillet 1946 : la Caisse a désormais un état civil : Caisse Primaire de Sécurité Sociale du Nord Finistère (n°29B).  

M. Blanchet-Magon. (C.P.A Brest).
Papiers de la réunion.
10 juin 1946: Début de la reconstruction.
La rue Louis Pasteur à Brest, début 1945. (Source Archives municipales).

1946

13 juillet 1946 : Partage du Finistère entre les caisses de Quimper et de Brest.

Les frontières à déterminer entre Brest et Quimper

Le partage entre les deux Caisses du Finistère se fera le 13 juillets 1946 à l’occasion de la réunion des bureaux des Conseils d’Administration des deux Caisses. Comment répartir les 206000 adhérents que comptaient la Caisse Départementale (164000), l’Union Finistérienne Mutualiste (22000), la Caisse Primaire Interprofessionnelle du Finistère (12000), les caisses Primaires de travail (8000) ?

A partir du 7 juillet 1946, chaque Caisse prend en charge les assurés relevant de sa circonscription mais à l’époque le rattachement se fait selon le lieu de travail (et non le lieu de résidence) selon l’article 4 de l’ordonnance du 4 octobre 1945.

Les deux Caisses harmonisèrent à cette occasion leurs positions et les tarifs applicables (12F par jour en lit de médecine, 250f pour le “forfait pharmaceutique en maternité”).

Tout irait bien dans le meilleur des mondes si, dès le 20 août 1946, le Conseil d’Administration de la Caisse de Brest ne rectifiait pas les bases du partage global du patrimoine et des adhérents fixé initialement à 50% chacun, pour se transformer en 52,5% pour le Nord et 47,5%   pour le Sud.

Question d’importance puisque les dotations financières venant de la DRASS sont attribuées selon le nombre d’adhérents et dans un premier temps en 1946 selon le pourcentage discuté plus haut…

La réponse de Quimper ne tarde pas : elle propose à Monsieur Laroque, Directeur Général de la Sécurité Sociale en visite à Quimper le 13 août 1946 de rattacher la presqu’île de Crozon à la circonscription du Sud-Finistère… Brest s’en tient à la répartition fixée par l’arrêté ministériel du 16 janvier 1946.


La cathédrale Saint-Corentin à Quimper.
Le Pont National à Brest. (Source Archives municipales Brest).
Réunion de Bureau

1947                                                                                     1948

28 juillet 1947 : Explosion de Liberty à Brest              Création des sections Mutualistes

6 Février 1947 : Ouverture du centre de Morlaix

Qualifié de “trou à rats”

24 avril 1947 : Election des administrateurs.


L’Océan Liberty (Source Archives municipales de Brest).
10 décembre 1948:
La Déclaration Universelle des droits de l’Homme pose, dans son article 22, le principe suivant:
“ Toute personne en tant que membre de la société, a droit à la sécurité sociale; elle est fondée à obtenir la satisfaction des droits économiques, sociaux et culturels indispensables à sa dignité et au libre développement de sa personnalité, grâce à l’effort national et la coopération internationale, compte tenu de l’organisation et des ressources de chaque pays” .


FIAT LUX

Laser, B.O.M., I.R.I.S., Automac, P.M.F., SESAM, G.P.E.C., S.D.R.H.,… Derrière ces quelques sigles se cachent des organisations, de la réflexion et de l’abnégation. A entendre les anciens, peut-on aller jusqu’à comparer le travail dans des organismes sociaux à un sacerdoce ? Car Dieu sait qu’il en a fallu du courage pour reconstituer les fichiers détruits par les bombardements tout en continuant à payer les dossiers et ensuite pour passer des classeurs en bois aux micros ordinateurs.

En effet, ce n’est qu’en 1950 que le conseil d’administration décide qu’il est temps de réagir. Des moyens en personnel sont apportés. Des audits parisiens sont déclenchés, ce qui ne plaît pas à tout le monde. Malgré cette mobilisation, la débrouille reste encore le meilleur moyen de s’en sortir.

Il faudra attendre 1965 et Monsieur Tranvouez (nouveau directeur), pour commencer à sentir un léger frémissement d’organisation. Après tout va aller très vite avec de nouveaux moyens de paiement, comme le mandat Colbert. Et surtout la révolution informatique arrive en force ; c’est d’abord le lecteur optique puis LASER et les échanges magnétiques. Aujourd’hui, c’est le P.M.F., le fameux poste multifonctions, celui qui liquide plus vite que son ombre. Et demain SESAM-VITALE, les serveurs vocaux, les bornes interactives. Au bout du compte, nous avons traversé des tempêtes, les pires, celles du sang du siège de Brest, et les plus calmes, celles de la nécessaire adaptation aux nouvelles techniques.

Churchill avait promis du sang, de la sueur, et des larmes, sort applicable à toute entreprise humaine. Il ne sautait en être autrement pour la C.P.A.M. de Brest, surgie de la nuit du chaos.    

La vie au Square Marc Sangnier en janvier 1967. C.P.A.M Brest

La vie au Square Marc Sangnier en janvier 1967. C.P.A.M Brest
L’équipe de Direction : M. Blanchet-Magon, M. Fabre, M. Tranvouez (C.P.A. Brest).

AU BORD DE LA CRISE DE NERFS

Lorsque Monsieur Tranvouez est nommé directeur, onze circulaires paraissent le lendemain. Nous sommes en 1965 et l’organisation de la caisse va désormais se voir.

Jusque là, la reconstitution des dossiers, l’harmonisation, le classement des fiches provenant des caisses anciennes a été la préoccupation constante.

Il faut dire que les bombardements n’ont pas épargné les fichiers. Mademoiselle Le Scour (ancienne responsable de la division technique) se souvient : “trois jours après la reddition de Brest, nous sommes venus à pied de Pont-de-Buis. Et là, j’étais allée voir entre tous les débris, comment était le bureau. J’ai aperçu des dossiers qui étaient très bien mais aussi un Américain qui volait une machine à écrire”. Alors que faire des fichiers de formats différents, ficelés par paquets, sans intercalaires pour signaler chaque sortie ? Les pertes sont constantes, les recherches longues, fastidieuses mais elles doivent aboutir. Madame Le Roux (cadre au Centre-ville) précise “c’était un boulot de Titans” sur lequel on pouvait passer des journées entières.

Chacun se souvient de la mésaventure d’un administrateur de Saint-Pol-de-Léon qui envoi un dossier à la caisse.

Constatant qu’au bout d’un certain temps, il n’est toujours pas remboursé, il dépose une réclamation.

Aucune trace de son dossier ! La machine de guerre se met alors en branle. “Vous ne partirez pas tant que le dossier n’aura pas été retrouvé”. Les crises de nerfs sont évitées mais c’est de justesse. Tout le monde est convoqué à la Direction et les lettres d’avertissement ne manquent pas de suivre.

L’épisode est rapporté par Madame Le Roux et Monsieur Rubin (inspecteur accidents du travail) : quelques jours plus tard, l’administrateur retrouve le dossier dans sa poche.  

  LES DIX MERCENAIRES

A la suite d’une visite de trois organisateurs conseils de la F.N.O.S.S., ancêtre de l’union Nationale des Caisses de la Sécurité Sociale, il est décidé au conseil d’administration du 17 mars 1950 de mettre de l’ordre dans les fichiers.

On ne recule devant aucun sacrifice. Dix temporaires sont engagés pendant plusieurs mois en deux équipes de nuit, car le jour les fiches ne sont pas disponibles. Le travail avance, mais de façon empirique. “Il faut se mettre d’accord sur la façon de faire” précise Madame Le Roux. Mais les organisateurs conseils venus d’ailleurs sont loin de faire l’unanimité. Le personnel de la caisse ne les apprécie guère.

C’est l’époque où Monsieur Cyprien soutient une démonstration d’efficacité grâce à l’évocation du milieu marin. Un véritable chef d’œuvre à citer dans les grandes écoles. “Ce qu’un bateau peut transporter en sept jours aux Etats-Unis, sept bateaux peuvent le faire en un jour”.

L’organisation n’est pas visible, on pilote à vue et on pare au plus pressé. Les tentatives sont dérisoires ou tournées en dérision. Le système D fait loi, mais tient plus des délires d’un “géotrouvetout” que de l’analyse fonctionnelle.

C’est le cas de la création d’un système de transmission des dossiers avec machine tournée à la main du guichet vers la caisse. L’expérience est si concluante que le “machin” est abandonné sine die.

Malgré tous ces efforts, le retard est constant et nécessite des heures supplémentaires, fréquemment le samedi matin. La pression des assurés est forte, d’autant plus forte que le paiement au guichet est immédiat, tandis que le règlement par mandat est long. Cela peut aller jusqu’à trois mois. De ce fait, l’affluence au guichet est importante, “jusqu’à 800 personnes en raison d’une épidémie de grippe” se souvient mademoiselle Le Scour.    

Publicité de la société Log Abax-1960. (C.P.A.M Brest).

la mécanographie en 1969. ‘C.P.A.M Brest).
Extrait de convention collective. (C.P.A.M Brest)

ANCIENS MÉTIERS-NOUS HIER

Le déménagement au Square, en 1952, apporte sans doute une meilleure répartition des personnes dans des locaux plus spacieux.

Quatre machines “Burroughs” firent leur entrée en 1957 pour établir les décomptes. Les métiers sont très hiérarchisés. Il faut être mécanographe avant d’être liquidateur.

C’est l’époque des “fichistes”. Sortir des fiches et les reclasser tous les soirs, telle est leur fonction.

C’est l’époque des “francs-tireurs” du guichet, constitués de petites équipes, d’un contrôleur et de dactylos. Sans oublier les caissiers qui peuvent effectuer jusqu’à six cents paiements dans une journée et les “chèques postaux”, nom donné à ceux qui effectuent les paiements différés.

A l’heure du référentiel des emplois et du réseau internet, on ne peut s’empêcher de ressentir un brin de nostalgie. Pensez au veilleur de nuit, non chargé de rondes au coefficient 100 et au veilleur de nuit chargé de rondes au coefficient 115+5. Quelle est la différence en dehors des rondes, selon vous ? Simple et logique, le deuxième doit “ faire preuve éventuellement d’une certaine initiative”.

Citons aussi le garçon de courses cycliste, le surveillant aux portes et l’huissier. Ne vous trompez pas, le premier est chargé de la surveillance des entrées et des sorties, le deuxième est en uniforme ou en habit et son rôle consiste à recevoir le public et à l’orienter “avec tact et discrétion”.

Pensez aussi à l’extractrice débutante qui sort et classe les cartes perforées, au lecteur sur fiches Kardex, chargé de l’examen de la fiche familiale, à l’étampeuse qui utilise des machines électriques grand rendement au crachoiriste, préposé au service et nettoyage des crachoirs et surtout à la mécanographe débutante sur grosse machine.

Mais tout se précipite, les missions évoluent, puisque L’U. R.S.S.A.F. est crée en 1960 et se voit attribuer du personnel issu du service comptabilité de la caisse.



LE MANDAT COLBERT

L’expérience débute le 1er Octobre 1965. Le mandat Colbert améliore les délais de paiement et par voie de conséquence fait baisser la fréquentation à l’accueil.

Le matériel nécessaire est acheté, machine à établir les mandats, machine à gaufrer, machine à coller les enveloppes, et les moyens à la liquidation sont regroupés et concentrés.

Le succès est rapide et plus tard, on assistera au paiement par chèque ou par virement bancaire. Une convention est d’ailleurs signée en mai 1976 avec le crédit Mutuel de Bretagne.                         



ELLE ARRIVE ? ELLE EST LA…

En 1976, l’informatique envahit la caisse grâce à la lecture optique relayée par le CETELIC (Centre de Traitement informatique) de Bretagne pour le paiement.

Le premier paiement a lieu le 21 octobre 1976. Cela permet une décentralisation des moyens et des centres. Mais avant 1976 et dès 1971 les projets vont bon train. Le projet initial prévoit quarante ordinateurs répartis sur tout le territoire puis trente cinq seulement, puis vingt six. La caisse de Brest a longtemps cru à l’implantation d’un CETELIC en son sein. Des dépenses et des travaux préliminaires ont d’ailleurs été engagés… pour rien.

Au bout du compte, un seul ordinateur est installé à Rennes au CETELIC de Bretagne.

Depuis 1976 et jusqu’en 1985, date d’implantation de système LASER, “liquidation assistée sur équipement réparti”, l’agent technique remplit de petites cases à l’aide de chiffres standardisés. Aujourd’hui encore, certains en gardent un mauvais souvenir, en raison de la fatigue visuelle et de l’intérêt du travail… à la baisse.  

     

Le mandat Sécurité Sociale payable dans 18 000 bureaux de Poste. (F.N.O.S.S-(C.P.A.M Brest).
Et l’interprète pour lecteur optique. (C.P.A.M Brest)
LA Carte VITALE (Lettre C.N.A.M-Mai 1995).
Les cadres de la C.P.A.M en Mai 1965. (C.P.A.M Brest)

ET ELLE FAIT PEUR, L’INFORMATIQUE

Cette évolution n’a pas manqué de provoquer des craintes pour l’emploi, malgré l’embauche de personnel pour la constitution de fichiers informatiques. On cite volontiers la phrase : “l’informatique, oui, mais pas au service du chômage”.

Des réticences apparaissent au sein même du conseil d’administration, comme en 1974 où on parle de “déshumanisation” de la Sécurité Sociale, en installant des “monstres” un peu partout.

Cette évolution varie dans le temps selon les services, la liquidation reste longtemps la seule concernée. Le bureau d’organisation et méthodes (B.O.M) joue également un rôle important dans cette évolution de la lecture optique vers LASER, puis dans les liaisons magnétiques des années 80, avec Feu-Vert et la carte multi – services.

Cela ne va pas s’arrêter car le projet SESAM-VITALE sera, on le suppose, prêt pour les générations futures.  

L’ÉVEIL DES CADRES

En parallèle à l’organisation et à l’informatique, l’évolution du rôle des cadres est importante. Leur travail axé sur la surveillance, parfois dans une cage de verre, sur la discipline, sur les horaires, s’accroît avec l’application progressive de textes de plus en plus nombreux.  La mise en place de moyens techniques évolués, la productivité, le rendement ou encore les “soldes” de dossiers sont pour longtemps des préoccupations quotidiennes accompagnées de demandes pressantes de personnel, de temporaires et d’heures supplémentaires. Il est même envisagé de rappeler les réservistes, pardon ! les retraités.

Enfin, un personnel de plus en plus nombreux les contraint à devenir des meneurs d’hommes et … de femmes.    

1949.              21 février 1949 : Reconnaissance de la dualité Caisse d’Allocations Familiales et Caisse de Sécurité Sociale.

1950. 1er  juin 1950 : Premier véritable concours de recrutement (réservé aux hommes).      

 1952. 27 octobre 1952 : installation de la Caisse au Square Marc Sangnier. Inauguration le 22 mars 1953.

1954. Février 1954 : Appel de l’Abbé Pierre en faveur des sans abri.  

Appel en faveur de l’Abbé Pierre
Le Square Marc Sangnier. (C.P.A.M Brest).

1960. 12 mai 1960 : Création des URSSAF. Pouvoirs propres du Directeur par rapport au Conseil d’Administration.

7 septembre 1960 : Visite à Brest du Général de Gaulle. (Photo Archives municipales).


Visite à Brest du Général de Gaulle. (Photo Archives municipales).


Visite à Brest du Général de Gaulle. Collection Georges Kévorkian

Visite à Brest du Général de Gaulle. Collection Georges Kévorkian


Visite à Brest du Général de Gaulle. Collection Georges Kévorkian
Visite du Général de Gaulle.

1962. 19 mars 1962 : Fin de la guerre d’Algérie.

1962

19 mars 1962 : Fin de la guerre d’Algérie.

1964. Diffusion par la FNOSS du 1er  Cours de Technicien.

20 mai 1964 : La durée hebdomadaire du travail passe de 45 heures à 43h45.

20 juin 1964 : Tabarly remporte la Transatlantique.

1965. Février : Mécanisation et utilisation du paiement différé (Mandat Colbert le 1er  octobre).

Février : Élection du Président de la République au suffrage universel.

Aménagement de l’île Longue par la par la Marine Nationale.

1967. Août 1967 : Le régime général de la Sécurité Sociale est réorganisé en trois branches gérées par des Caisses Nationales.

13 avril 1967 : La marée noire du Torrey Canyon.  


Révolte des étudiants

1968. Création du service médical de l’Assurance Maladie.

Mars : La caisse de Sécurité Sociale devient la Caisse Primaire d’Assurance Maladie du Nord –Finistère.

Mai 1968 : Révolte des étudiants.


Révolte des étudiants.

UNE CAISSE SOUS INFLUENCE

Ce n’est pas le titre d’un film mais la réalité de 50 ans de présence féminine à la C.P.A.M. du Nord-Finistère.

De sa création en 1946, à aujourd’hui, la Sécu n’a jamais vraiment attiré les hommes, qui après – guerre préféraient l’Arsenal militaire.

Faut-il y voir, a contrario, une prédilection des femmes pour le social ? Rien ne permet de l’affirmer, mais les faits sont là : des femmes, encore des femmes toujours des femmes, et si peu d’hommes recrutés.

Et pourtant, ce n’est pas faute d’avoir essayé. Il fut même fixé des quotas et des examens d’entrée furent réservés aux hommes.

Rien n’y fit ! Aujourd’hui 77 %  des agents sont des femmes. Une seule exception à ce tableau, la Direction qui depuis 1946, demeure exclusivement masculine.

Alors influence des femmes, c’est certain, mais seulement autour du pouvoir.

Cela ne les a cependant pas empêchées de laisser une empreinte essentielle qui fait que la C.P.A.M. de Brest est ce qu’elle est aujourd’hui.

Et dans les couloirs, flotte toujours ce fameux parfum de femmes cher à Dino Risi.

Hommage leur est rendu, ce n’est que justice.

Les Femmes À la manœuvre
Des employées de l’union Finistérienne Mutualiste en Avril 1945. (C.P.A.M Brest).


Les Femmes À la manœuvre


Des employées de l’union Finistérienne Mutualiste en Avril 1945. (C.P.A.M Brest).

UNE CAISSE SOUS INFLUENCE

Ce n’est pas le titre d’un film mais la réalité de 50 ans de présence féminine à la C.P.A.M. du Nord-Finistère.

De sa création en 1946, à aujourd’hui, la Sécu n’a jamais vraiment attiré les hommes, qui après – guerre préféraient l’Arsenal militaire.

Faut-il y voir, a contrario, une prédilection des femmes pour le social ? Rien ne permet de l’affirmer, mais les faits sont là : des femmes, encore des femmes toujours des femmes, et si peu d’hommes recrutés.

Et pourtant, ce n’est pas faute d’avoir essayé. Il fut même fixé des quotas et des examens d’entrée furent réservés aux hommes.

Rien n’y fit ! Aujourd’hui 77 %  des agents sont des femmes. Une seule exception à ce tableau, la Direction qui depuis 1946, demeure exclusivement masculine.

Alors influence des femmes, c’est certain, mais seulement autour du pouvoir.

Cela ne les a cependant pas empêchées de laisser une empreinte essentielle qui fait que la C.P.A.M. de Brest est ce qu’elle est aujourd’hui.

Et dans les couloirs, flotte toujours ce fameux parfum de femmes cher à Dino Risi.

Hommage leur est rendu, ce n’est que justice.

UNE PRÉSENCE FÉMININE BIEN MARQUÉE

Depuis le 6 juillet 1946 et jusqu’à aujourd’hui, la C.P.A.M. du Nord –Finistère a toujours montré un visage féminin, héritière en cela, des organismes indépendants de la période des assurances sociales.

Entrée en 1929 à la caisse interprofessionnelle, Mademoiselle Le Scour en est le témoin. Elle, qui se souvient n’avoir eu sous ses ordres que des femmes, et ce jusqu’au début des années 50.

Néanmoins, même si aujourd’hui, la forte féminisation de la Sécurité Sociale, atteint des sommets, 77 %  à Brest, ce n’est pas un phénomène récent. Cela reste une constante de l’histoire locale d’après-guerre.  

 LA RECONSTRUCTION, UNE AFFAIRE D’HOMMES

Brest meurtrie, Brest détruite, mais… Brest libérée. Le 18 septembre 1944, lors de sa libération, la ville n’est plus qu’un champ de ruines.

Les hommes tous les hommes participent à la reconstruction. C’est probablement une des raisons de leur désaffection pour la Sécu. Et pourtant, les salaires sont considérés comme attractifs, dans le cadre d’une convention collective en avance sur son époque.

Mais sans doute, préféraient-ils aussi les “postes d’Etat” offerts par l’Arsenal militaire.  

A LA RECHERCHE DE L’ÉQUILIBRE

Pour faire face à ce “péril féminin”, les grands moyens sont mis en œuvre en 1950 et 1951, par le conseil d’administration et ce, malgré les protestations de ceux qui y voient une discrimination sexiste. Il est décidé de réserver l’entrée à la C.P.A.M. de Brest, aux hommes seuls.

Quand on sait que pour certains concours, la liste des admissibles restes valables pendant plusieurs années, il est facile d’imaginer l’importance de ce choix. En effet, en 1956, sont recrutés des hommes qui ont passé le concours en juin 1951, et en 1970, ceux qui se sont présentés en 1963 !  

 

Mais les résultats sont au rendez-vous. En 1956 est enregistré le plus fort taux de présence masculine, de toute l’histoire de la C.P.A.M. : 47%.

UNE FEMME CONTRE LES FEMMES

Mais, pour ceux qui pensent que l’équilibre d’une balance est à 50/50, cela ne suffit pas. En mai 1951, Mademoiselle L…, administrateur, propose des mesures plus radicales.

“Est-il possible d’envisager ou de prévoir en cas de mariage et à condition que le salaire du mari soit suffisant, l’obligation pour les femmes de quitter leur emploi”.

Cette proposition rencontre un écho si favorable auprès des élus qu’un vœu officiel est immédiatement adressé à la F.N.O.S.S.

Le but de l’opération : lever l’ultime obstacle que représente la convention collective, en demandant une modification.

Mais la manœuvre échoue et le taux de féminisation remonte inexorablement, passant de 70% en 1960 à 75% dans les années 90.

LA FEMME EST L’AVENIR DE L’HOMME

Alors pourquoi cet acharnement à contrecarrer les phénomènes naturels d’attirance des femmes pour le social ? Le directeur de l’époque y répond, en avançant : “ Le souci d’assumer la bonne gestion et la bonne marche de la caisse”. L’argumentation est imparable quand il précise que “pourcentage d’absentéisme… est de 5,54% pour le personnel masculin et de 13,42% pour le personnel  pour le personnel féminin”.

C’était dans les années 50 !

La maternité et son cortège de congés font peur aux gestionnaires. Il devient d’ailleurs délicat d’annoncer à sa hiérarchie, un futur heureux événement  “Vous, à votre âge !” Et Mademoiselle Le Scour de préciser : “Au 1er  juillet 1946, elles avaient le même âge ; il y avait beaucoup de mariages et après c’étaient les naissances, Jusqu’à  dix naissances en même temps”. Les accords de juin 1968, qui créent les 12 jours pour congés “enfants malades” compliquent encore plus la situation.

Enfin, à partir de janvier 1977, c’est le développement du temps partiel, qui bénéficie surtout aux femmes, mères de famille.

Le Personnel au Square Marc Sangnier. (C.P.A.M Brest).
Note

UNE NOTABLE EXEPTION

Les femmes occupent toutes les fonctions, sauf celles de direction. En 50 ans d’histoire, l’âme féminine ne réussit pas à envahir la liste des dirigeants, faute de candidates.

Cela n’empêche pas les personnalités affirmées de peser lourdement sur les destinées de la C.P.A.M. Parmi celle-ci, Mademoiselle Mignot “Une maîtresse femme”, militante C.F.T.C : “tu vas faire comme ça” disait-elle au président de l’époque, et Mademoiselle Le Scour, personnage clé de la fusion, qui dirige la division technique “L’infanterie” selon le mot de Monsieur Blanchet-Magon, Jusqu’en 1972.

Incontestablement, à cause ou grâce à ces obstacles qui marquent l’évolution d’une société, l’histoire de la C.P.A.M., c’est une histoire de femmes.    

LES PRÉSIDENTS DE LA C.P.A.M DU NORD-FINISTÈRE

5 avril 1946 : M. Wasselet  (C.G.T.)

23 août 1948 : M. Plougoulm  (C.F.T.C.) 

8 juin 1950 : M Floch  (C.F.T.C.)

29 novembre 1955 : M. Quentric  (C.F.T.C.)

9 novembre 1967 : M. Prevosto (Employeurs)

19 octobre 1983 M. Perrot  (C.G.C.)

Avril 1991 : M. LE Bail  C.F.D.T.)

1969

1er  janvier 1969 : la durée hebdomadaire du travail passe à 41h15.

2 février 1969 : Le Général de Gaulle annonce le désenclavement de la Bretagne.

1970

15 décembre 1970 : Installation de la Caisse à Bellevue, inaugurée le 3 avril 1971.

Le temps des baraques

La caisse de Bellevue

1971

1 er janvier 1971: La durée hebdomadaire du travail passe à 40 h..

Février 1971 : Première convention nationale avec les médecins

La convention


1972 :   Les retraites complémentaires sont désormais obligatoires.

1974 : Nouvelle classification du personnel.

28 février 1974 : Expérimentation de l’horaire variable (généralisé le 10 juin 1974).

1975 : Adhésion à l’Union Régionale pour la formation et le perfectionnement.

L’avortement devient légal.

Mme Simone Veil

1976 : Implantation du  Cetelic à Rennes.   

Mai 1976 : Paiements par virements bancaires.

 4 mai 1976 : Classification des Cadres.

21 octobre 1976 : information : premiers paiement par système de lecture optique.

1977 : Janvier 1977 : Introduction du temps partiel.

1978 : Classification des Agents de Maîtrise.

Création de l’assurance personnelle.

LES DIRECTEURS DE LA C.P.A.M DU NORD FINISTÈRE

17 Août 1946 : M. Blanchet-Magon

1er  juin 1965 : M. Tranvouez

7 avril 1975 : M. Le Loupp

14 mars 1983 : M. Goldie.

1er novembre 1988 : M. Perennes

  1er  mai 1990 : M.Robelet

DRÔLE D’ENDROIT POUR LES RENCONTRES

Avec Numeris, Internet, les téléphones cellulaires et le fax portable se développent les technologies du futur. Alors si vous évoquez avec les plus jeunes, les guichets avec paiement en espèces, vous risquez d’être regardé comme un vélociraptor échappé de Jurassic Park. Et pourtant la communication avec les assurés sociaux est née de là, les yeux dans les yeux. Avec il est vrai, ses files d’attente, ses cris, parfois ses insultes mais aussi ses remerciements et même ses petits cadeaux. L’accueil “à l’ancienne” c’est ce qui fait la différence entre un kig-a-Farz et une carotte râpée façon nouvelle cuisine. L’accueil, c’est l’Agora, celle de l’antiquité grecque. Ou plutôt qu’agora, une cour des miracles, une cour où l’on rencontre des clochards, des personnages hauts en couleur, parmi les assurés, mais aussi parmi le personnel de la caisse. Cette promiscuité ne doit pas faire oublier l’exigence bien comprise du service à rendre et les qualités humaines et techniques des spécialistes de l’accueil. Ceux là ont tout vu, tout connu, une expérience professionnelle en accéléré, difficile mais gratifiante.

Et puis, les orientations changent. L’accueil devient itinérant, d’abord avec un véhicule puis fixe dans les mairies. Avec cette formule éclatante “un pas de plus pour nous ! des pas en moins pour vous !” 1983, connait la décentralisation à Morlaix, Landivisiau, Landerneau et Lesneven. En 1985 LASER débarque avec un système dit de “banalisation” des dossiers. Cela ne dure pas, les années 1990 connaissent le retour en force de la personnalisation avec la gestion par portefeuille  d’assurés. Un retour aux valeurs. Les professionnels de santé sont également concernés et la caisse va plus loin en créant les délégués auprès des professions de santé. Au fil du temps, d’inexistants, les rapports avec ces professionnels sont devenus tendus avec l’apparition des conventions et donnent l’image d’une guerre de position, une image présente encore aujourd’hui.  

       

L’accueil à Bellevue. (C.P.A.M Brest-1994).

Tract (C.P.A.M Brest: “Ne piétinez plus, gagnez du temps en utilisant le mandat Sécurité Sociale.”

LA COUR DES MIRACLES

Notre premier interlocuteur est la cohue, le grand nombre dans sa diversité et son impatience. La durée de l’attente était telle, deux heures et plus en 1955, que l’accueil devenait installation y compris par les clochards. “L’été, il y avait des puces, on marchait dans les puces” raconte Monsieur Bernicot, (cadre des services techniques) qui ajoute “il y avait même des clochards, ils séchaient leurs serviettes sur les radiateurs”.

L’attente, la queue au guichet, légende de la Sécu, est réelle. Et pourtant, le rendement est fort honorable. “On était assez rapide, 120 décomptes par jour” rappelle Madame Le roux, guichetière à l’époque. Monsieur Rubin n’est pas en reste quand il annonce “600 paiements par jour quand j’étais caissier”.

Mais, rien n’y fait, les protestations fusent, la violence parfois éclate dans la fureur et le bruit. L’ambiance est électrique. Des personnages hauts en couleur, surgissent de la mémoire et rythment la vie à l’accueil.

TROIS PERSONNAGES EN QUÊTE D’AUTEUR     

“La terreur du polygone”, un homme, un vrai, un tatoué, ancien de la Légion Etrangère, a pour fâcheuse habitude de venir crier à l’accueil, car on refuse de le rembourser. La raison en est simple, il ne possède aucun papier d’identité. Le souvenir de ses passages répétés a marqué Mademoiselle Le Scour qui un jour voit arriver l’épouse de la “terreur”,  venant chercher son homme.

Et puis “ l’assuré et la guillotine”, autre personnage en colère qui passe la tête par l’ouverture du guichet, sans doute pour mieux vitupérer. Il tambourine du poing sur le comptoir, tant et si bien que le système de fermeture, “la guillotine”, se met en branle et lui coince la tête… Enfin “l’horloge et l’assuré”, un homme de la caisse, guichetier de son état, précis, méticuleux, ayant le sens de la répartie et du service public. Il n’a qu’un seul défaut, au regard des assurés, il “remonte” fréquemment le mécanisme de sa montre, une Lip, sur le comptoir. Cela ne manque pas d’excéder les clients à qui il réplique du tac au tac, en montrant le panonceau “ renseignements”, “je suis là pour vous renseigner, et si vous me demandez l’heure, comment je fais ? ” Imparable, n’est t’il pas ?

AU SERVICE DE LA CLIENTÈLE

Mais cette fois encore, ce serait oublier que les “clients”, puisqu’à l’époque, les agents les nomment ainsi, choisissent leur interlocuteur au guichet. A ce propos, d’une dizaine de guichets et deux caisses à l’époque des baraques, nous sommes passés, au square Marc Sangnier, à vingt guichets, trois caisses puis quatre.

Vous connaissez la suite, le paiement au guichet a été supprimé même si dans les hautes sphères des décideurs de l’Assurance Maladie, l’idée d’un retour fait son chemin, précarité oblige. Ces clients sont donc choyés, Madame Le Roux utilise le vocable “client attitré”.

“ Les bouquins pharmaceutiques étaient compulsés, il n’y avait pas de vignettes pharmaceutiques à l’époque”. Monsieur L’Emeillat se souvient aussi d’une petite dame, perdue dans la foule du hall d’accueil, avec à la main son médicament sur lequel est collée la vignette, disposition toute récente.

Les clients ont le temps, alors ils se racontent leur vie pendant que leur décompte s’établit. Et l’on assiste à cette scène, où une assurée raconte son malheur à l’accueil. Son mari est décédé, ce qui n’empêche pas l’employée, débordée, prise par son travail de lui répondre “ ce n’est pas grave madame…”.     

Photo du Haut . Hall du public au square marc Sangnier. C.P.A.M ).Brest
Photo Bas à droite L’accueil au temps des baraques. (C.P.A.M Brest).


Une Citroën d’anthologie. (C.P.A.M Brest 1965).

LE SENS DU CONTACT

Et pour certains, il faut bien essayer de passer plus vite, d’obtenir que le dossier reste au-dessus de la pile à traiter par le contrôleur. 

D’autres, pincent leurs enfants afin que les pleurs leurs permettent d’avancer dans la file d’attente. 

Tous les matins, c’est l’assaut. Les gens sont agglutinés aux grilles et c’est la ruée dès l’ouverture des portes.

Malgré tout, pour beaucoup, cette période demeure heureuse. A écouter Madame Le Roux, on se surprend à rêver. “ C’était ma période préférée, pourtant c’était usant. Malgré le rendement, il y avait une solidarité énorme entre les employés. Les gens avaient besoin de dire, de parler”.

Et aujourd’hui encore, Madame Le Roux est reconnue dans la rue par ces habitués du guichet.

HAUT LES FLINGUES 

Les choses évoluent grâce au téléphone, au mandat Colbert et au virement. Mais il ne faut pas oublier que le paiement au guichet n’est pas de tout repos.

L’insécurité est ressentie lors du transport des liquidités par les caissiers, jusqu’à la Trésorerie Générale. Les valises comportent un système sonore de bagues antivol qui se déclenche si le convoyeur lâche la poignée.

Le problème est jugé si important que les caissiers détiennent un revolver 6.35. L’agent comptable quand à lui, possède un 7.65.

Et alors on se retrouve dans un polar de série B. Des séances de tir s’organisent sous le contrôle de la police et dans les sous-sols de la caisse. Les réserves du concierge sont souvent prises pour cibles, mais la maladresse prévaut. Les rois de la gâchette ne sont pas légion. Un jour, un employé abat une petite bouteille. Justice lui soit rendue, il avoue : “c’était par inadvertance”.

Ce haut fait d’armes reste cependant gravé dans les annales de la caisse.  

HORS DE NOS MURS

Puis la décentralisation prend son envol. Elle s’est d’abord exprimée par la création des bureaux de Morlaix et de Landerneau,  puis par la nomination de correspondants locaux  et de correspondants  d’entreprise. Ceux-ci servent à la fois à la transmission des dossiers mais aussi au paiement des prestations.

Cette expérience a une fin pour les premiers le 1er  janvier 1966, à l’exception insulaire d’Ouessant. Les correspondants d’entreprise,  quand à eux, poursuivent leur activité jusqu’en 1990. Mais la décentralisation s’exprime aussi par la circulation d’un véhicule aménagé, dans la région morlaisienne puis à Brest.

Une tournée inaugurale a lieu en novembre 1965, dans une splendide camionnette, une Citroën 11 CV. Un programme détaillé précise les heures d’arrêt du véhicule en chaque point des environs de Morlaix.  Cela ne dure qu’un an jusqu’à la fin de 1966. Une simple Renault fourgonnette circule alors à Brest.

Par la suite, les permanences deviennent fixes, d’abord dans l’arrondissement de Morlaix, puis à Brest et dans le canton de Crozon.  

LE SERVICE RENDU A L’ASSURÉ

Un objectif : éviter l’anonymat dans le règlement des dossiers et la dématérialisation des relations avec nos clients ou nos assurés. La densité de ce réseau sera un sujet de discussion  régulier en fonction des moyens financiers disponibles, des effectifs nécessaires et des besoins de la population. Les effectifs sont toujours insuffisants, la pénurie est quasi endémique. Il est même envisagé en 1963 de rappeler les retraités. C’est l’économie de guerre.

Pour les “clients”, c’est le souci d’humanisation qui prime. C’est un objectif national Lancé en 1963 par le ministre du travail, Monsieur Grandval, qui vise à parfaire l’accueil des usagers et à accélérer la liquidation des dossiers.

Le Centre de Morlaix. (Le Télégramme, 24 Août 1983). Et le Centre de Landivisiau (C.P.A.M Brest-1993).
Bureau de Landerneau (C.P.A.M Brest). Et Morlaix (C.P.A.M Brest).

LES GRANDS TRAVAUX

La caisse s’installe à Bellevue en 1971, tout en conservant les locaux du Square Marc Sangnier dont elle est propriétaire. Aujourd’hui  encore dans l’esprit des Brestois, la Sécu c’est au centre ville. Il faut dire que les services des relations avec les assurés y fonctionnent à plein et que s’y greffent le service médical et le service social.

Dès 1983 et jusqu’en 1986, la caisse investit dans la pierre et fait le pari de rapprochement avec les usagers. Morlaix, Landivisiau, Landerneau et Lesneven naissent à leur tour avec le même objectif, améliorer la qualité du service rendu en privilégiant le rapprochement du personnel de la caisse  et des assurés sociaux. Viennent plus tard, les tentatives de relations avec les professionnels de santé.

LE MUR DES LAMENTATIONS

Les relations avec les professionnels de santé se vivent de façons plus épidermiques. Beaucoup d’agents ont une conscience aigüe des dérapages ou des abus et surtout de l’impuissance de la caisse à agir en ce domaine. Toute bonne volonté, toute velléité, sombrait systématiquement dans le recul, de peur d’avoir des ennuis et dans le but de conserver de bonnes relations à tout prix au niveau de la direction ou du conseil d’administration.

Les retraités gardent au fond d’eux-mêmes ce sentiment confus d’être incompris. C’est “le camouflage de la vérité sur la sécu”, “personne n’ose dire” et “la sécu n’est pas assez défendue”, Ces mots résonnent aujourd’hui dans le vif de l’actualité.   Ils ont au moins le mérite de clamer haut et fort une appartenance aux mêmes valeurs de solidarité et de montrer l’attachement du personnel à une institution  souvent ballottée mais qui ne coule pas. Mademoiselle Le Scour qui est passée à travers ces orages se souvient “chaque fois que l’on avait dit quelque chose de travers, on était appelé à la direction, car les médecins venaient réclamer”.  

OPÉRATION MAINS-PROPRES

La caisse connaît des difficultés à se faire respecter. Elle s’adresse souvent à un mur en demandant à l’Ordre des médecins d’intervenir ou à un directeur d’hôpital qui ne veut pas se mettre à dos le corps médical. Monsieur Bernicot, fort de ses responsabilités syndicales, fait état de son découragement après les actions menées sans résultats auprès du corps médical.

Et pourtant chacun connaît des affaires qui ont marqué la vie de la caisse mais la longueur de la procédure ternit l’efficacité des moyens engagés. A partir de plusieurs exemples, s’instaure une véritable croyance entretenue bien sûr par les tarifs choisis et prélevés par les professionnels de santé et toute affaire qui ne connaît pas de sanctions.

Monsieur Fabre, secrétaire général, témoigne de cet état d’esprit en narrant une affaire qui lui a “donné chaud”. J’ai défendu le dossier malgré des pressions et j’ai remporté l’affaire, j’étais content quoi ! Tout le monde en parlait dans la maison ”. Au bout du compte, le professionnel de santé a été condamné  à un an de suspension  au motif d’exercice contraire à la probité et à l’honneur professionnel.    

UN PRÊTÉ POUR UN RENDU

Le développement en 1989 de la fonction maîtrise des dépenses a été accueilli avec scepticisme ou incrédulité. La conviction est désormais enracinée : mieux vaut agir seuls et vivement qu’attendre la bonne volonté de nos partenaires. Et de regretter le temps des conventions individuelles pour les médecins… puisqu’après tout, nous leur servons un revenu et même le paiement de leurs cotisations. Ils nous le rendent bien, l’exemple qui suit est symbolique, Lors de la parution des décrets du 12 mai 1960, les médecins du Finistère décident de faire grève administrative pour protester entre autres motifs contre les nouveaux tarifs imposés. Et l’on peut lire dans la presse locale des 25 et 26 Mai 1960, une déclaration fracassante du syndicat des médecins du Finistère :

Campagne de communication : “La Sécu c’est bien, en abuser ça craint”. (C.P.A.M-Août 1992).
Hôpital de la Cavale Blanche à Brest (C.H.U Brest).
L’Hôpital Augustin Morvan à Brest. ( Archives).

“Quand les employés des caisses de Sécurité sociale font grève, les guichets sont fermés. Les assurés sociaux attendent leurs remboursements et les centrales syndicales ne versent pas de larmes sur le sort des malades privés de ressources… Si l’action n’aboutit pas, il restera au gouvernement  une dernière solution : La médecine nationalisée, fonctionnarisée, réglementaire, gratuite et obligatoire avec les quarante heures, les heures supplémentaires, les congés payés, la retraite… le marché noir ! Le pays aura la médecine qu’il mérite”.

35 ans, plus tard, toutes les solutions ont-elles été explorées ?

Création de conventions avec le Syndicat des Médecins.

1981 : Actions de dépistage bucco-dentaire.

1er  novembre 1981 : la durée hebdomadaire du travail passe à 39H.

1982 : 14 août 1982 : Loi dite Auroux sur l’expression des salariés.

1983 : Budget global du C.H.U.

1er  septembre 1983 : Centre de paiement à Morlaix.

Centre de Morlaix

1er  novembre 1983 : Centre de paiement à Landivisiau.

Centre de Landivisiau

1985 : 1er  Avril 1985 : Centre de paiement à Landerneau.

Centre de Landerneau.

1985 : Démarrage de Laser. 21 juillet 1985 : Hinault gagne le Tour de France pour la cinquième fois

1er  juillet 1985 : Premières liaisons magnétiques avec les professionnels de santé Télématique interne et externe.

1er  avril 1986 : Centre de paiement à Lesneven

Centre de paiement à Lesneven.

1987 : 17 octobre 1987 : Un ouragan dévaste la Bretagne.

Ouragan Bretagne

Ouragan Bretagne

1988 : Action de dépistage des cancers colo – rectaux.

1989 : Création d’une cellule de gestion des risques (C.G.R) qui a pris le relais de la C.A.G.I (Cellule d’Analyse de Gestion et d’Information) créée en 1979.

1992 : Brest 92 rassemblement de vieux gréements.

Fête Maritime. Vieux gréements

1993 : Nouvelle Classification pour le personnel.

Novembre : Création de l’antenne contre l’exclusion sociale à Brest.

Crise de la pêche

1994 : Installation des premiers P.M.F (Postes Multi – Fonctions).

Crise de la pêche en Bretagne.

L’HISTOIRE, LA VRAIE
Dès 1946, les caisses interprofessionnelles arrivent avec cinq agents de direction. C’est deux de trop ; dit la tutelle. Nous les gardons ; dit le conseil d’administration avant finalement de se résoudre à s’en séparer. Procès, appel, re procès… Mais qui s’en  souvient aujourd’hui ? Cinq ans plus tard, ce sont les mutualistes qui revendiquent leur existence dans le Nord Finistère. Il faut les reconnaître dit la tutelle. Nous n’en voulons pas ; dit le conseil d’administration avant finalement de se résoudre à donner son accord. Mais qui s’en souvient aujourd’hui ? Personne à l’exception des militants d’une Sécurité Sociale à régime unique.
Neuf ans plus tard, le conseil d’administration perd le pouvoir. C’est l’avènement du pouvoir partagés avec le directeur, en vertu du décret du 12 mai 1960, toujours en vigueur. Mais qui s’en souvient aujourd’hui ? Personne à l’exception des conseils et des directions.
En quatorze ans nous sommes passés de l’idéal social aux nécessités de la gestion. Tant pis pour les pionniers et les fervents défenseurs de l’institution Sécurité Sociale. Mais l’histoire, la vraie celle des hommes qui font l’entreprise et qui souvent subissent les règles des pouvoirs en place, c’est le refus des “ heures sup”, du “toujours plus avec toujours moins”, ce sont les bagarres syndicales et les revendications “légitimes”.
L’histoire, la vraie, c’est pouvoir choisir l’organisation de sa journée grâce à l’horaire variable et c’est d’une importance vitale  dans une entreprise où les femmes sont majoritaires. Des esprits chagrins disent que l’horaire variable a tué les relations individuelles, la vie de l’entreprise. N’est-ce pas plutôt l’évolution inéluctable de toute société humaine, le regret d’une époque où tout simplement “on était jeune”, une époque dont nous ne conservons que les meilleurs moments “ l a nostalgie du bon vieux temps”.
 
Ouest- France du 24 mai 1995. Une manifestation nationale du personnel de la Sécurité Sociale
Presse

LE  CONSEIL D’ADMINISTRATION FAIT DE LA RÉSISTANCE

Dès 1946, la tutelle fait remarquer un nombre trop élevé d’agents de direction. Encore faut – t’il choisir ceux qui doivent abandonner leur poste. C’est long et douloureux et cela alourdit le climat des discussions au sein du conseil d’administration pendant plusieurs années.

Après avoir d’abord refusé d’obtempérer, le conseil d’administration lors de sa séance du 14 février 1949 accepte le principe d’une réduction de 5 à 3 membres de l’équipe de direction. Ce qui doit arriver, arrive. Lors du conseil  d’administration du 11 octobre 1950 Monsieur Edern, directeur adjoint et Monsieur Bechen, sous directeur sont licenciés. Mais cette décision est contestée avec succès par les intéressés et au bout du compte, le conseil d’administration de l’époque voit son mandat expirer sans avoir conclu l’affaire.

Et c’est au nouveau conseil d’administration  de procéder aux licenciements après que le directeur ait été incité à se positionner   sur le nom des partants.

Toute cette affaire est qualifiée de“ triste”, non sans arrière pensée politique ou syndicale. Aussi étonnant que cela paraisse, elle a eu peu d’impact sur le personnel. Elle a par contre marqué certains agents de direction de l’époque. Cet épisode révèle les divergences au sein du conseil, mais il montre surtout les difficultés d’organisation  à la naissance de la caisse et l’indépendance de l’organisme vis – à – vis de la tutelle, puisque la caisse fonctionne pendant quatre ans avec cinq membres de direction, en tout illégalité. Le pouvoir est jalousement gardé. Pas pour longtemps car l’assaut est proche.   

LA FORTERESSE ASSIEGÉE

La création des sections mutualistes et le transfert à leur profit de milliers d’assurés, fait resurgir aussi beaucoup d’amertume et  la “bagarre” est terrible. La Sécurité Sociale, conquête ouvrière, devient pour les délégués du personnel, en particulier, une forteresse assiégée. Après la faillite du régime unique, le régime général perd de sa substance. “On nous mange notre pain blanc” disait Mlle Quelen (cadre des prestations). Et Monsieur Bernicot de renchérir : “La loi du 22 mai 1946 n’a jamais été appliquée. Nous les syndicalistes, on était des militants de la Sécurité Sociale et du régime général”. Même son de cloche chez le personnel pour qui la création des mutuelles, c’est une “partie du boulot qui part”. La M.G.E.N. ouvre la brèche en juin 1951, malgré la résistance farouche du conseil d’administration.  En dépit des avis de la D.R.A.S.S. et des arrêtés ministériels annulant ses décisions, le conseil d’administration refuse la création d’une section locale de l’enseignement. Le 26 juin 1951, Monsieur Denis, responsable de la  MG.E.N. Affirme que “la caisse primaire du Nord-Finistère était la seule caisse en France qui n’ait pas accepté l’institution d’une section locale de l’Éducation  National”. Finalement le bureau du conseil d’administration donne son accord. La mutuelle Marine va suivre, et c’est peut être 10% des assurés sociaux qui sont transférés. Les dossiers portent un cachet daté du 16 décembre, date du départ, “le sceau de l’infamie” selon Monsieur Bernicot.

LE VER EST DANS LE FRUIT

De pouvoir jalousement gardé, nous allons vers un pouvoir difficilement partagés. La longueur des débats au conseil d’administration relatifs au sort des agents, les interventions syndicales concernant les personnes, l’organisation à mettre en place,  aboutissent à un encombrement de l’ordre du jour du conseil. L’importance des effectifs et la taille de l’entreprise elle-même, mettent un terme aux principes du bon sens qui président à la gestion des affaires en 1950. Arrive alors le fameux décret du 12 mai 1960 qui confie au directeur le pouvoir de gérer seul le personnel et l’organisation interne. C’est un énorme changement et ce que la démocratie  y perd,  l’efficacité de la gestion le gagne avant même la mise en place de l’informatique. La stratégie syndicale doit également s’adapter au changement d’interlocuteur et le personnel s’éloigne des administrateurs pour se tourner “à découvert” vers la direction au travers du comité d’entreprise ou des délégués du personnel. Le mouvement de l’idéal social vers les nécessités de la gestion, rejaillit également sur la tutelle renforcée vis-à-vis des conseils d’administration puis des directions. Celle-ci se relâche en s’orientant vers le contrôle a posteriori plutôt qu’a priori et finalement se déplace aujourd’hui des D.R.A.S.S. vers la Caisse Nationale d’Assurance Maladie en matière budgétaire notamment. Mais les crises et les étapes n’ont pas concerné que le conseil d’administration et les directions ou la tutelle.   

Le Télégramme 27 septembre 1973.

Note de service

“NON AUX HEURES SUP”

La première cause des heurts est le retard dans les règlements et par conséquent l’obligation  du recours aux heures supplémentaires. Travailler 45 heures par semaine suffit, le travail obligatoire le samedi est mal vécu et donne lieu à des réactions nerveuses, à des cris, à des faces à face tendus et même à des refus clairs. 

En septembre 1962, en raison d’un solde de dossiers important, la direction veut imposer des heures supplémentaires, deux samedis de rang. Le personnel, soutenu par les organisations syndicales refuse massivement d’obtempérer puis est convoqué individuellement devant l“ aréopage de la direction” se souvient Monsieur Rubin.

La scène qui a fortement marqué les esprits est à peu près celle-ci. L’agent se tient debout, les mains derrière le dos, face aux membres de la direction. Monsieur Blanchet – Magnon entame le dialogue. “ Monsieur x, vous avez refusé de faire des heures supplémentaires, pouvez- vous m’expliquer pourquoi ?” . Réponse de l’agent : “par solidarité avec l’ensemble du personnel”. Sentence du directeur “ ceci constitue un manquement à la discipline et je vous en avertis. Tout est bien qui finit bien et tous les avertissements sont ensuite supprimés à Noël de la même Année”. Mais le recours  aux heures supplémentaires perdurera avec il est vrai des aménagements en particulier le paiement des dossiers effectués…chez soi… parfois avec l’aide familiale…

Les gens partent avec une valise pleine de fiches individuelles des assurés et de dossier. “Un gars travaillait en famille… Les enfants préparaient le décompte.     

DIALOGUE DE SOURDS

Le mécontentement s’est exprimé aussi au travers de la productivité et du rendement limité, contenu par chacun, par des grèves ou des mouvements d’arrêt de travail. Ceux-ci reviennent fréquemment dans l’histoire de la caisse (que les sujets de mécontentements soient nationaux ou locaux, généraux ou corporatistes) à tel point que Brest Devient un clignotant, un  indicateur de tendance sur le plan social pour la tutelle parisienne.  Jusqu’à ce qu’en 1990, ce clignotant reste éteint malgré l’ampleur du mouvement national constaté.

En 1973, 82, 88 pour les effectifs, en 1976 pour les congés, en 1989 et 1990 pour les contrôleurs : Grèves et débrayages se succèdent et la plate-forme revendicative s’élargit à la réduction du temps de travail, aux promotions, à la formation.

Cela dénote le plus souvent une hiérarchie forte et un manque d’information de part et d’autres.

Les années 1970 et 1980 voient naître des mouvements revendicatifs non négligeables. Ils mettent en avant des problèmes réels rencontrés par les agents dans leur travail et qui ne peuvent pas toujours, il est vrai, recevoir de réponses au niveau local. Ils soulignent, le plupart du temps, un manque de dialogue entre direction et représentants (G.G.T. et C.F.D.T.) du personnel et cet aspect relationnel déficient sert parfois de prétexte, pour ne pas répondre aux questions de fond.

Affiche du 50e anniversaire. (C.N.A.M1995)

HORAIRES  À LA CARTE

La mise en place de l’horaire variable revient souvent dans les conversations comme une cause d’évolution  dans les relations internes. Le temps de vie au travail, en commun, diminue et l’individualisation des horaires progresse. L’ambiance s’en  ressent, la solidarité également. Le caractère festif des rencontres disparaît.

En 1974, la direction lance l’idée de l’horaire variable. A la suite d’un questionnaire, le personnel plébiscite la formule à 92,5%. L’expérimentation  débute le 28 février 1974 dans un seul groupe de liquidation, puis est généralisée à l’ensemble  du personnel le 10 juin. L’objectif immédiat est d’améliorer les conditions de travail et aussi de modifier l’état d’esprit du personnel, vis – a- vis du travail afin de réduire l’absentéisme de courte durée. Les syndicats s’opposent, au départ, à cette initiative. Ils estiment selon leur propre expression que “la conscience collective va en prendre un choc ”et que dorénavant  “ on viendra à la caisse à titre personnel”. Ils redoutent l’effritement de l’esprit revendicatif du personnel et un phénomène de désyndicalisation.

  Concrètement le nouvel horaire comporte des plages fixe, c’est – à –dire de présence obligatoire, de 8H30 à 11h45 et de 12h45 à 16h. Les plages mobiles de 7h15 à 8h30 et de 16 h à 17 h30, permettent aux agents  de choisir leurs heures de départ et d’arrivée. Le personnel apprécie l’horaire variable. En 1975,  84%  des agents l’utilisent, à leur grande satisfaction. La caisse devient un lieu où “ on travaille bien, mais où on vit mal” selon les termes de Monsieur Le Loupp, ancien directeur. Les fonctions s’opposent parfois ou se posent en rivales éternelles : le Guichet et l’assuré, le contrôle et la liquidation.  

Avec l’horaire variable serait venu le temps de l’individualisme.  A moins de voir en ce nouvel horaire, non pas le début d’un changement de comportement, mais plutôt, la concrétisation d’une nouvelle mentalité qui régnait depuis  quelque temps dans les esprits.

Aujourd’hui, quel est le bilan des 50 ans de Sécurité Sociale ? Des hauts et des bas, des crises, des luttes, mais aussi et c’est sans doute l’essentiel, autant d’étapes d’une évolution positive, d’une certaine maturité et d’une belle expérience.

Alors à la veille de ce 50 -ème   anniversaire, la Sécu doit rester pour tous une grande idée à préserver.    


Affiche du 50e anniversaire. (C.N.A.M1995)

Notes

Notes


Notes

Notes

Notes


LA NOSTALGIE DU BON TEMPS

On ne peut qu’être  frappé par les regrets, la nostalgie éprouvée par les témoins du passé alors que leurs discours ne sont qu’une suite d’épreuves, de contraintes, de difficultés quotidiennes. Les horaires (neuf heures par jour), la discipline sans faille, le port obligatoire de la blouse, l’interdiction d’aller d’un service à l’autre sont des exemples de contraintes  importantes qui laissent place néanmoins à un bon souvenir, un peu comme si la pression hiérarchique était telle que les meilleurs moments même rares n’en ont que plus de saveur (fou rire, joie, etc.…).

Le contexte est également cité : la Reconstruction, la libération suscitent l’enthousiasme. La modernisation des équipements, les inventions pratiques sont autant de découvertes positives qui marquent cette époque.

Quand la recherche de fiches perdues prend des jours, quand le froid ou la chaleur indisposent, quand les règles de promotion ne sont pas définies, quand l’information ne circule pas, on en conclut que pour supporter tout cela il faut “aimer son travail ”. Ces termes sont employés comme tels et signifie un sentiment un peu passé de mode… Que dire des agents embauchés qui ont attendu 10 ans comme fichistes, de l’absence de formation organisée, obligeant à voir cela “avec son voisin”, de la mise en place des cours de techniciens en 63 seulement ?

La solidarité, l’entraide prennent là aussi le dessus. Le travail devient un lieu familial. Tout le monde se connaît, se rencontre à l’extérieur. Les arbres de Noël mobilisent tout le personnel avec conjoint et enfants.

Les pots permettent de se retrouver. Les fêtes des rois se terminent tard, l’ambiance était formidables…

Les horaires contraignants laissent malgré tout la possibilité de manger en deux heurs à midi : retour au domicile ou déjeuner en commun sont appréciés. Ajoutons-y les blagues, l’humour et le sport. l.A.S.O.S. est citée pour son rôle de point de rencontres : une soirée interservices a été très appréciée :

Mais surtout le retard permanent à une époque, la foule des assurés énervés au guichet, le recours à des heures supplémentaires qui mécontent tout le monde, les conditions de travail difficiles font utiliser le terme d’héroïsme. Même les agents de direction comme Monsieur Fabre vivent mal des batailles constantes pour des enjeux infimes, par exemple avec les syndicats.

Malgré tout, chacun perçoit dans ces difficultés d’abord ses souvenirs de jeunesse… le temps d’une escale.

Un pot au Square Marc Sangnier. (C.P.A.M Brest-Janvier 1967).

REMERCIEMENTS

A l’association des retraités et à sont président: Albert L’Emeillat.

pour leurs témoignages à:

Maurice Boutefroy.                                                  Robert Reungoat                          

 Lucien Mabé.                                                           Laurent Gléonec                 

François Cadour.                                                      Lucienne Roucelin                            

Madeleine Pencréach.                                              Denise Grall                          

Paul Callérisa.                                                           Paul Sévrain                 

Madeleine Perrré.                                                     Yves Grannec

Denise Cambla.                                                         Geneviève  Tranvouez          

Yvette Pouliquen.                                                      Suzane Guyder         

Marie – Louise.   Didailler.                                       Simone Lefevre

Yvette Quélen.                                                            Denis Kerlidou

Pour leurs entretiens particuliers à :

Robert Bernicot.         Marcel Fabre.                Pierre Le Gac

Marguerite Le Roux    Georgette Le Scour      Jean Rubin

C.P.A.M Brest. Reproduction interdite sans autorisation de l’auteur.

Réalisation : Primset Quimper

Fréminville, alchimiste des sentiments

David Cormier. Le Télégramme de Brest.


Le chevalier noir devant la tombe de Christophe-Paulin de La Poix de Fréminville, dit le Chevalier de Fréminville. (Le Télégramme/Thierry Dilasser)


Thierry Dilasser

Chevalier Fréminville

L’histoire de Christophe-Paulin de la Poix de Fréminville, dit le Chevalier de Fréminville, est « à la fois tragique et magnifique », résume d’emblée le musicien brestois Chevalier Noir, « très admiratif » du parcours de vie suivi par le noble savant, à qui il a consacré une chanson. La raison de cette admiration ?  La capacité de Fréminville à « transformer sa souffrance en créativité, sans jamais se soucier du regard des autres ni sans tomber dans la provocation ». Un destin qui prouve que, « quand on est sincère, qu’on fait les choses avec amour et altruisme (les valeurs défendues par le Chevalier Noir, NDLR), qu’on décide de ne pas mettre l’ego au cœur de son existence, on ne récolte que du positif », poursuit ce chantre de l’érotico-poésie, fondant son propos sur le fait que jamais, lorsque Fréminville se baladait dans les rues de Brest au beau milieu du XIXe siècle habillé en « Mademoiselle Pauline », il n’a suscité « la moindre hostilité ».  « Du moins, il n’en est jamais question dans ses mémoires », poursuit celui dont l’avatar artistique se nourrit de ce destin hors du commun.

Chevalier de l’ordre royal et militaire de Saint –Louis

Le Chevalier de Fréminville fut en effet « un personnage des plus curieux et d’une grande originalité », écrit quand à lui Eugène Herpin, auteur de « Mémoires du chevalier de Fréminville (1787-1848), capitaine des frégates du Roi »(1913). À la rude vie de marin. 

« C’était une façon, pour lui, de conserver un lien avec son amour perdu. Un rituel puissant, dénué d’homosexualité, et pour lequel il n’a visiblement jamais été embêté ».

Et au sérieux de celle du savant, il ajouta celle, plus  frivole, de « femme »du monde. Officier de marine, savant, archéologue, écrivain mais également excellent dessinateur, il fut capitaine des frégates du roi (élevé au rang de chevalier de l’ordre royal et militaire de Saint-Louis et ainsi que de l’ordre du Christ de Portugal) et membre des sociétés de philomathique et d’histoire naturelle de Paris. Sa carrière dans la Royale l’amène à faire campagne à Saint-Domingue, dans les mers polaires, dans la Baltique, le long des côtes d’Afrique et d’Amérique.

« Conserver un lien avec son amour perdu »

Témoin de la traite des Noirs, de la fièvre jaune, il a vécu une histoire d’amour passionnelle avec Caroline, rencontrée lors d’une campagne aux Saintes (Antilles).

Aux Saintes-en- Guadeloupe-le jeune Chevalier-Fréminville

« Quelque temps après leur rencontre, il a dû quitter les Saintes, sans pouvoir prévenir son amoureuse », indique le Chevalier Noir. Croyant qu’il l’avait quittée pour toujours, la malheureuse s’est jetée à la mer, avec toutes les lettres de Fréminville. À son retour aux Saintes, ce dernier apprend la terrible nouvelle en se rendant au domicile de la jeune femme .C’est là qu’une domestique lui donne la robe qu’elle portait le jour de sa mort ». De retour à Brest en 1827, et totalement anéanti de douleur, Fréminville se consacre à la rédaction de ses mémoires, à certains travaux d’archéologie.C’est aussi à cette époque qu’il commence à porter la robe de Caroline, avec bijoux et maquillage, recevant ses invités ou se rendant au théâtre habillé comme tel.  « C’était une façon, pour lui, de conserver un lien avec son amour perdu. Un rituel puissant, dénué d’homosexualité, et pour lequel il n’a visiblement jamais été embêté », poursuit le Chevalier Noir. Si « sa position sociale lui permettait sûrement cette liberté », estime ce dernier, il est intéressant de constater que jusque-là, on retrouve très peu de traces de travestissement en France. Raison pour laquelle Fréminville, qui repose au cimetière de Saint-Martin (carré9, rang 1, tombe 22, l’une des vingt tombes remarquables du site) est aujourd’hui considéré comme l’un de ses pionniers.

Ruines du château de Carman

Fréminville appartenait, par son père et par sa mère, à deux familles d’ingénieurs ; il commence sa carrière maritime en 1801, alors âgé de quatorze ans, comme aide de camp amateur de la Touche Tréville.

   Christophe-Paulin de la croix de Fréminville, dit le Chevalier de Fréminville (24 janvier 1787 à Ivry-sur-Seine 12 janvier 1848 à Brest), est un officier de marine, savant, archéologue et écrivain français.

Coquilles des Antilles

Capitaine des frégates du roi, il est fait chevalier de l’ordre royal et militaire de Saint-Louis et de celui de l’ordre du Christ de Portugal. Il sera par ailleurs membre des sociétés de philomathique et d’histoire naturelle de Paris.   

Il est l’un des pionniers du travestissement

Source Wikipédia

Il se distingue sur la canonnière l’Etna, lors de la seconde attaque de Boulogne par Nelson. Il participe à l’expédition de Saint-Dominique, d’abord comme novice à bord du Swiftsure,

La canonnière est un navire de guerre léger, armé d’une ou plusieurs pièces d’artillerie

Source Wikipédia








Source Wikipédia