Saint-Pierre-Quilbignon: La gare est toujours debout. David Cormier. Le Télégramme de Brest.

Gare des chemins de fer départementaux. Environs de Brest, gare de Saint-Pierre-Qilbignon, vue du bâtiment et d’un tramway arrêté. Cate postale du début du XXe siècle.

À la fin du XIXe siècle, dans le « Far Ouest », on était encore au temps de la diligence. Pour aller de Brest au Conquet, trois chevaux (la deux-chevaux n’était pas encore née) tiraient une carriole qu’on appelait hirondelle.


Ce fut d’abord un service de diligences qui assura cette liaison. L’Hirondelle, la diligence de Brest-au Conquet

On imagine pourtant le confort et la légèreté relatifs de ce moyen de transport. Un aller-retour par jour, de la rue Algésiras à la pointe continentale, pour une dizaine de personnes. L’été, la fréquence pouvait doubler.

Le rail et la fée électricité


L’ancienne gare du « train patates » a repris du service 

Mais le train, on l’a vu, est arrivé à Brest en 1865, puis s’est développé vers Saint- Renan et Ploudalmézeau en 1893, ainsi que vers Lannilis et Plabennec l’année d’après. En ville, à Brest les voitures hippomobiles ont été remplacées par une première ligne de tramway en 1898. Conquétois et Brestois, chambre de commerce et Département (qui a soutenu l’investissement) ont souhaité une ligne vers le Conquet. Le 12 juillet 1903, la motrice, avec un ou deux wagons selon les voyages, a remplacé l’hirondelle, et la fée électricité a supplanté la traction animale.  

Ploudalmézeau L’ancienne Gare

Fenêtres bouchées et tags sur les murs

La gare du départ a été construite à Saint-Pierre-Quilbignion  (« banlieue » de Recouvrance toutes deux faisant partie des communes rattachées à Brest en 1945). Si elle présente des fenêtres bouchées et des tags sur les murs, elle est toujours debout, rue Victor-Eusen, au rond point face à l’église.

 Église de Saint-Pierre

En 1908, la ligne a été allongée jusqu’à la place du Prat-Lédan (à Recouvrance) ou porte du Conquet, et une dérivation  a été établie vers Sainte-Anne du Portzic. Le service était rendu avec unc certaine diligence, et les brestois pouvaient aller découvrir plus facilement les plages du bout du monde. Paysans et commerçants s’en servaient aussi. Mais, passé un certain engouement, et à la suite de la guerre, la ligne a perdu sa rentabilité et des cars ont pris le relais, dès 1932.

Gare de Saint-Pierre Quilbignon

Une vingtaine de stations

La ligne de tramway allant de Brest au Conquet était riche d’une vingtaine de stations, dont certaines étaient facultatives. L’arrêt à Saint-Pierre-Quilbignon (qui était à l’origine, en 1903, le point de départ) était obligatoire. Parmi les principales, citons celles de la Trinité (Plouzané) au kilomètre 7, du Grand-Minou au kilomètre 9, de Pen-Ar-Menez au kilomètre 11, de Porsmilin au kilomètre 15, du Trez-Hir (Plougonvelin) au kilomètre 17 et de Kerjean au kilomètre 20,5, avant l’arrivée au Conquet (kilomètre 23).  La ligne vers Sainte-Anne-du Portzic, ouverte en 1908 comme prolongement vers la place de Prat-Lédan, à Recouvrance, n’a servi que dix ans. En 1920, la Société des Tramways électriques du Finistère a dû céder l’exploration à la Compagnie des tramways électriques brestois. en 1922, la Société des chemins de fer départementaux l’a remplacée. En vain : la ligne était de plus en plus déficitaire. Elle s’est arrêtée le 20 septembre 1932. Les autocars de la Satos (Société auxiliaire des transports de l’Ouest et du Sud-ouest) et  d’une compagnie privée ont alors assuré la liaison

Station de Porsmilin. Source Cartophiles du Finistère

Une usine électrique à Porsmilin

Lors de la construction de la ligne de tramways Brest-Le Conquet, comme pour toute voie ferrée, il a fallu s’adapter au terrain et éviter les courbes trop prononcées, ainsi que les pentes trop raides : pas plus de 5à6%. Plusieurs zones d’évidement permettaient à deux machines de se croiser, la ligne n’étant pas doublée. De nombreux poteaux électriques suivaient le tracé, alimentant la motrice en courant de 00/550 volts. Comme la déperdition de jus était importante et qu’il n’y avait pas de réseau haute tension, il a été décidé de construire une usine électrique à Porsmilin (Locmaria-Plouzané). Le ruisseau de Pont-Rohel suffisait et l’étang, à côté, permettait d’alimenter les condenseurs.

L’usine en 1904 avec sa cheminée de briques rouges.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*