Brest d’ hier et d’aujourd’hui. David Cormier. Le Télégramme de Brest

Le bâtiment de la gare « Ouest-État » de Brest construit selon les instructions du Génie est édifié en briques et en bois et inauguré en 1865.

Gare-Ouest État à Brest en 1867. Source du document Gilles Cardinal

La « gare du chemin de fer d’État à Brest ». Albumine, entre 1890 et 1900, d’auteur inconnu. Collection des Archives de Brest

La gare de Brest vers 1890 et 1900
Il ne mettait pas trois heures mais près de 17 pour rallier Brest à la capitale. Le train est arrivé en 1865 dans une grande gare.
Brest d’Hier et d’aujourd’hui
David Cormier
L’actuelle gare de Brest épouse le mouvement art déco en vogue à l’époque de son érection (les années 1930), y compris dans la cité du Ponant, qui en garde de nombreux témoignages. Mais la première gare de l’histoire de la ville, quand le train est arrivé à la pointe bretonne, semblait plus impressionnante, hymne à la révolution industrielle mais non dénuée de charme. On s’y promenait volontiers, sous les ombrelles. L’époque n’était pas encore au teint hâlé chez ces dames.
« Cette photo date de la fin du XIXe siècle.
On aperçoit, derrière la gare, le (récent boulevard Gambetta, sans immeubles », détaille l’historien brestois Olivier Polard. « Elle était grande, en briques. Elle a été détruite juste avant la Deuxième Guerre mondiale, pour la moderniser. C’est dommage, elle était belle ! ». Une grande verrière centrale en imposait. « Il y avait aussi, déjà, à côté, une gare routière, pour les calèches et les diligences. Puis les autocars, après la Première Guerre mondiale. Brest était relié à Paris, c’était super – important… »     

Refaire le haut du bas-relief ?
La nouvelle version, en béton, a très vite été mise à rude épreuve. « Le plus étonnant, c’est que lors du siège et des bombardements, les monuments récents sont passés au travers. L’hôpital Morvan aussi, par exemple », ajoute Yves Coativy, historien brestois également. « Mais le bas-relief en granit rose a perdu sa partie haute », souligne – t’il. « Ce serait sympa de la refaire », reprend Olivier polard, « ou au moins de peindre la partie manquante ». L’édifice a été refait à l’identique (à cette fresque près, donc), après la fin du conflit. L’endroit évolue encore doucement, avec un projet de restaurant gastronomique retardé par le confinement. Il proposera une vue imprenable sur la rade de Brest.    
 
Une inauguration en grande pompe
La gare de Brest a été inaugurée le 25 avril 1865. En grande pompe ! « Ce jour-là, à cinq heures vingt du soir, deux locomotives parées de fleurs et de guirlandes
emmenaient en gare de Brest le train officiel dans lequel avait pris place M. Béhic, ministre des Travaux publics, revêtu de son grand costume », écrivait Louis Delourmel, bibliothécaire, archiviste honoraire de la Ville de Brest, dans son ouvrage « Le Vieux Brest à travers ses rues », aux éditions de Bretagne, en 1946. Le ministre a estimé, dans son discours, que « la nature a tout fait pour Brest. Relégué naguère à l’une des extrémités les moins fréquentées de la France, voici Brest devenu tout à coup la tête de ligne et la gare maritime des deux plus grandes voies du transit internationales, “ Syphons“ immenses qui vont plonger directement au nord, au sud, à l’est, dans les principaux réservoirs de la consommation et de la production en Europe ».

Le bond dans la modernité
« Le curé archiprêtre de Saint – Louis a béni leur union avec l’océan », poétisait un reporter sur place, avant une retraite aux flambeaux accompagnant un grand banquet, en présence des ministres des États – Unis, de Suisse et de Siam, sans oublier les consuls généraux de Prusse, d’Angleterre et d’Autriche. Les festivités ont duré trois jours, avec notamment la visite de vaisseaux de la marine, des promenades en rade, un feu d’artifice.  

Deux locomotives parées de fleurs et de guirlandes
emmenaient en gare de Brest le train officiel

17. En heures, le temps de trajet pour faire un Brest – Paris en train en 1865. Bien plus rapide que les 53 heures qu’il fallait effectuer pour rejoindre les deux villes en malle-poste, ancienne voiture postale hippomobile qui embarquait parfois quelques voyageurs. 

la malle poste

Brest la gare

Gare de Brest détruite

Une-nouvelle-gare-a-ete-construite-a-la-fin-des-annees-30

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*