Châteaulin. Les belles courbes du viaduc

Article du Télégramme de Brest, Photos de Jos Doaré, et des reporters photographes du télégramme de Brest. Pourquoi cet article, pour en faire profiter les amoureux de la Bretagne. Qui découvre aussi ce journal.   
Loïc L’Haridon

Franchir l’Aulne,  à Châteaulin, n’a jamais été une sinécure. Depuis l’avènement de l’automobile, ça coince. Sur cette dernière portion du canal de Nantes à Brest, les projets de nouveaux ponts, serpents de mer quinquagénaires, prennent régulièrement le bouillon.

Cœur de la cité Pen Eog (tête de saumon), il y a trois façons de changer de rive : La passerelle piétonne de 2009, aussi imposante que controversée ; l’étroit pont routier qui a failli sauter pendant la guerre ; et, depuis 1906, le viaduc, ouvrage d’art remarquable aux courbes originales.  Ce pont curviligne de 165 mètres de long compte onze arches de maçonnerie. Sa construction, en pierre de Kersanton (Logonna-Daoulas) et granite de Pontivy, s’est étalée de 1905 à 1906. Elle a nécessité d’importants moyens pour l’époque. Des moyens mis en œuvre par Eugène Sanson, ingénieur des ponts et Chaussées. C’est que l’enjeu était de taille : désenclaver le Centre- Bretagne. Il s’agissait de relier la ligne Carhaix-Châteaulin du réseau breton à la gare d’Orléans. Pour ce faire, il fallait donc raccorder la gare de Châteaulin-ville (rive-droite) à celle de Châteaulin-embranchement (rive gauche). 

Le « petit train » comme l’appelaient les gens d’ici, transportait aussi bien les passagers que les marchandises, et notamment les nombreuses denrées agricoles produites dans la région.

Ligne fermée en 1967

Dans les années 60, les campagnes se vident en même temps que les routes se remplissent, sonnant le glas pour le petit train. La voie métrique et les coûts de transbordement qui lui sont liés ne sont plus rentables. En 1967, 60 ans après le premier franchissement de l’Aulne, la ligne ferme définitivement. Dès lors, le viaduc est ouvert à la circulation des véhicules, sur une voie unique. Quand à l’ancien tracé de la voie ferrée, il a été transformé par endroits en sentier de randonnée. On peut l’emprunter au départ du bien nommé plateau de la petite gare.

        Le saviez-vous ?

Dans les années 50, Châteaulin fut le premier centre d’expédition de pommes de terre de semence en France. Il n’était pas rare que trois trains quittent la ville, chaque soir, débordant du fameux tubercule. On les appelait les « trains patates ». C’est toute une société de paysans, de contrôleurs, de négociants, de coopératives et d’employés qui vivait ainsi de la pomme de terre.

Derrière le pont routier, on aperçoit le viaduc, construit en 1906 pour relier les deux gares châteaulinoises. Photo archive Le Doaré-Châteaulin
Dans l’ordre en partant du bas: la passerelle piétonne de 2009, le pont routier et le viaduc construit en 1905-1906.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*