Lannion. Au centre, La place qui se cherche

Article du Télégramme de Brest, Photos de Jos Doaré, et des reporters photographes du télégramme de Brest. Pourquoi cet article, pour en faire profiter les amoureux de la Bretagne. Qui découvre aussi ce journal.   

Valérie Le Moigne
Pendant très longtemps, celle qui est officiellement, depuis 1947, la place du Général-Leclerc et qui demeure la place du centre pour bon nombre de Lannionnais, n’a pas été une place. Jusqu’en 1865, en effet, ce sont deux rues qui passent de part et d’autre des halles, la rue Suzaire et la rue Souzaire (côté haut de la place actuelle). Des rues habitées par la noblesse mais également par des hommes de loi et des marchands de draps et de soie.
Au milieu de ces deux rues, l’auditoire. Prestigieux bâtiment, Surplombé d’un double escalier, c’était le palais de justice de la ville. Après 1532, Lannion était en effet une sénéchaussée royale et s’était dotée d’un monument cossu. Cependant, en 1855, le tribunal déménage et un nouveau palais de justice, qui se voulait encore plus majestueux (aujourd’hui l’école de musique intercommunautaire), est construit en bordure du Léguer.
Les élus, à l’époque, auraient voulu que cet auditoire devienne la mairie mais la chose fut impossible. À quelques mètres de Là, la construction d’une nouvelle mairie débute donc en 1865 et l’auditoire est démoli. Sous Louis Philippe et dans l’esprit du style haussmannien parisien, tout ce qui est moyenâgeux doit être détruit. À Lannion, cet espace est laissé à la route impériale qui le traverse.
Des maisons en pans de bois
Dans la volonté « d’assainir la ville », les halles et leur magnifique charpente de bois, qui se trouvaient dans le prolongement de cet auditoire, sont également déconstruites, à partir de 1820. Quand les deux rues ont disparu pour laisser libre une ébauche de place, dans les années 1860, les registres des délibérations montrent qu’au conseil municipal, le débat a été houleux entre élus. Et quand, en 1911, la poste disparaît de la place pour s’installer sur les quais, une pétition circule ! Éternel recommencement qu’est l’histoire : en témoigne celle de cette place qui, inexorablement, cherche encore son sens en cœur de ville.   
         ⧨  Le saviez-vous ?
Sous la mandature d’Émile Dépasse, une nouvelle mairie a été construite en 1865. Pour des raisons de budget, entre autres, beaucoup de matériaux ont été récupérés des bâtiments détruits peu de temps auparavant : les pierres de l’ancienne prison de la place du Miroir, une partie de la charpente des halles et le balcon de l’auditoire, ainsi que les armoiries de la ville, que l’on peut toujours admirer sur la façade du bâtiment actuel.   
 
 

Les maisons médiévales de la place (ici) en 1962 ont traversé les siècles. Archive Le Doaré-Châteaulin
Aujourd’hui encore, Les Lannionnais continuent d’appeler « place du centre » La place du Général-Leclerc. Photo Nicolas Creach  







Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*