Dinard. L’Écluse, « La Reine des plages»


Article du Télégramme de Brest, Photos de Jos Doaré, et des reporters photographes du télégramme de Brest. Pourquoi cet article, pour en faire profiter les amoureux de la Bretagne. Qui découvre aussi ce journal.   








Patrick Chevalier

Patrick Chevalier

À  Dinard, la plage de l’Écluse est présentée comme la plage aristocratique par excellence, avec ses luxueuses constructions et ses mondanités incessantes. Ses attraits climatiques, ses paysages côtiers exceptionnels et cette belle plage de sable fin ont favorisé une émergence précoce du tourisme. Le succès et la renommée de Dinard reposent sur la communauté anglaise. Dès le XIXᵉ siècle, cette colonie imprègne le mode de vie et le paysage de la station balnéaire. Dinard fait alors une entrée dans la littérature touristique : La Reine des plages », La Monaco des étrangers » « La perle de la Côte d’Émeraude », « La Nice du Nord ».    

Après les souffrances de la Grande Guerre, la ville connaît un second âge d’or sous le signe de la modernité. La station balnéaire, en pleine effervescence, affiche son dynamisme en investissant dans des équipements derniers cris, comme le casino Balnéum (à gauche sur la photo), devenu aujourd’hui le Palais des Arts et du Festival. Construit en 1928 dans u style art déco par l’architecte parisien Maurice-Fournier, le casino Balnéum comprenait trois niveaux abritant des salons de jeux ainsi qu’un théâtre de875 places, un salon de lecture, et un grand hall d’accès ouvrant sur une immense terrasse.   

 Une piscine conçue comme une attraction

Le deuxième niveau du casino Balnéum comprenait un grand restaurant, un bar américain, une spacieuse salle de fêtes et un dancing, disposés autour de la piscine d’eau de mer chauffée, conçue comme une véritable attraction, éclairée la nuit, avec ses mosaïques bleu et or d Odorico. Elle a été détruite dans les années 60 pour donner naissance à l’actuelle piscine olympique. Au centre de la plage, le high-life Casino, couvert d’un lanterneau encore en place aujourd’hui, deviendra le nouveau casino Palais d’Emeraude en 1966 et l’hôtel des Terrasses, transformé aujourd’hui en résidence. Au niveau de la digue se trouvait un palais des jeux, indépendant du casino, avec sa retonde en verre. Enfin, 200 cabines de bain et 150 tentes étaient mises à la disposition de la clientèle. Véritables emblèmes de la plage de l’Écluse, les tentes de toile rayée ciel et blanc l’habillent avec élégance depuis de nombreuses saisons.

  ⧨  Le saviez-vous 

La romancière Agatha Christie (1891-1976) a appris à nager à la plage de l’Écluse. « Mon souvenir le plus important sur Dinard, c’est que j’y ai appris à nager. Je me rappelle mon orgueil incrédule et ma joie quand je réussis à exécuter six brasses, toutes seule, sans être submergée ».        

La plage de l’Écluse en 1954.
Archive Le Doaré-Châteaulin

Les tentes de toile rayée sont l’emblème de la plage à la belle saison .

Photo Patrick Chevalier

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*